Formes galéniques

Description

Autrement dit, elles sont la forme de mise à disposition des principes actifs pour l’organisme.
Les principes actifs ou composants chimiques sont ces éléments thérapeutiques dont la plante médicinale est constituée et qui vont nous aider à nous soigner.
Le choix de la bonne plante pour un problème de santé n’est pas suffisant.
En effet, chaque plante se révèle à travers une forme privilégiée.
Une forme galénique sera plus intéressante à employer en fonction d’un problème de santé donné.
Par exemple : vous vous êtes brûlé, il sera plus judicieux d’appliquer une crème, un baume ou une huile que d’ingérer une capsule huileuse.
Bien sûr, en fonction aussi de l’activité de la plante que l’on souhaite, on adaptera la forme galénique de celle-ci.


Est-il question donc de réprimer les premiers symptômes d’un état infectieux (emploi alors d’une huile essentielle), de drainer l’organisme (usage d’une tisane ou d’un extrait fluide), d’un rééquilibrage énergétique, endocrinien,…

Différentes formes galéniques des plantes médicinales existent
non extractives : les formes galéniques comme les espèces (qui ne sont qu’en d’autre terme les plantes médicinales séchées, mondées, incisées…), les poudres, les SIPF (les suspensions intégrales de plantes fraîches) et les sucs
extractives : les tisanes, les extraits aqueux, alcooliques, lipidiques,…
formes obtenues par distillation à la vapeur d’eau : huiles essentielles, hydrolats, alcoolats
sucrées comme les sirops
puis celles à base de corps gras : baumes, cérats, crèmes
et pour finir les autres comme les cataplasmes et les fumigations

Gargarismes, bains de bouche, bains de pieds

On préférera réaliser des décoctés qui parfois sont concentrés ( réduction du volume d’eau de 1/3).

Fumigations

Elles consistent à absorber des substances par voie respiratoire.

SIPF

Il s’agit de congeler la plante fraîche après sa récolte.
En principe, cela permet de conserver les principes actifs de la plante mais pas l’eau cellulaire énergétique qui est alors modifiée.
Forme galénique qui a représenté une grande avancée mais qui aujourd’hui est peu utilisée

Poudres

Ce sont des préparations solides, composées de particules plus ou moins fines.
Elles renferment la plante dans son intégralité c’est le « totum » végétal.
On peut en faire des gélules ou des cataplasmes ou bien les consommer tel quelle.
Attention, leur conservation est courte car elles s’oxydent très rapidement.
De plus, elles présentent parfois l’inconvénient d’avoir subi un traitement ionisant ou de contenir de la cellulose qui dilue les principes actifs.

Cataplasmes

Bouillie épaisse que l’on applique à la surface du corps.

Crèmes

Ce sont des pommades dont la phase aqueuse est importante (émulsions).

Pommades

A usage externe, de consistance molle, ayant pour base un ou des principes actifs associés à un corps gras.

Cérats

Quand on mélange de l’huile et de la cire.
Il s’agit d’une solution idéale pour les problèmes de peaux (psoriasis, eczéma, rougeurs, rides, …) que l’on personnalisera grâce aux hydrolats et huiles essentielles ou bien des huiles de fleurs.

Baumes

Préparations odorantes qui contiennent une assez forte proportion d’huiles essentielles avec des corps gras.
Leur durée de validité est de 6 mois environ.
Après ouverture, deux à trois mois et les conserver au réfrigérateur.
C’est valable pour toutes les préparations de type crème, pommade, baume,…

Sirops

Il s’agit de préparations liquides contenant une forte proportion de sucre.
On les réalise soit à partir d’un infusé, décocté, sucs de plantes, eaux distillées,…
Citons simplement les électuaires (pâte molle), mellites ( préparation avec du miel), oxymellite (avec du vinaigre) et les pâtes ainsi que les tablettes et pastilles ( à la menthe).
Leurs avantages :leur goût plaît aux enfants, leur efficacité et leur durée de conservation.

Alcoolats

Tout simplement, le résultat d’une distillation d’une alcoolature, ou d’une teinture.
Le taux d’alcool est très élevé.
Exemple : alcoolat de mélisse composé.

Hydrolats

Ce sont les eaux chargées, par distillation, des principes volatils contenus dans les végétaux.
On utilise l’alambic.
On isole l’huile essentielle du distillat.
C’est le deuxième produit obtenu par ce mode d’extraction.
Les hydrolats sont très intéressants surtout pour la cosmétique naturelle, pour remplacer les huiles essentielles chez les enfants ou lors de traitement long.

Huiles essentielles

Elles représentent les produits obtenus par la distillation par entraînement à la vapeur d’eau.
Ce mode d’extraction récoltent les essences contenues dans les plantes aromatiques (sauf les agrumes où il s’agit d’une pression des zestes). On utilise un alambic.


Extractions par le vin

Elle est donc hydro-alcoolique et donne un vin médicinal.
Le vin rouge s’emploie pour les plantes toniques, le blanc pour les plantes diurétiques et les vins doux pour satisfaire le goût.

Extraits lipidiques

Les principes actifs de la plante sont extraits grâce à l’huile : c’est une macération huileuse.
L’huile est l’agent extracteur si il n’y a pas de chauffe c’est une macération.
Au contraire, il s’agit d’une digestion si la macération est à 37°C.
Comme l’extrait lipidique d’arnica, de calendula, de pâquerette…
Leur intérêt est leur conservation qui varie de 12 à 18 mois.
Utilisables de manière interne ou externe.


Extraits au CO² super critique

Le procédé d’extraction au CO² permet d’obtenir des extraits sous la forme la plus naturelle qui soit et de préserver leurs composés actifs.
En effet, la plante n’est pas chauffée et l’extracteur est le CO2 qui exerce une pression sur le végétal.

Extraits secs

C’est la déshydratation d’un extrait fluide en poudre.
Ce produit est donc en général très concentré mais il n’aura que les principes actifs solubles dans l’eau et l’alcool.

Extraits fluides

Ils sont réalisés à partir du végétal qui est épuisé, réduit en poudre puis soumis à de nombreuses lixiviations avec passage dans l’alcool.
Préparation non chauffée et la concentration en constituants chimiques est égale à celui de la plante.
Les principes actifs sont alors extraits par l’eau, l’alcool, la glycérine végétale. (Technique variant d’un laboratoire à un autre).

Macérat glycériné ou gémmothérapie

C’est l’emploi des bourgeons frais ou d’autres tissus végétaux (jeunes pousses ou radicelles) que l’on fait macérer dans de la glycérine alcoolisée.
Le produit final obtenu détient une grande partie des principes actifs de la plante sans dégradation.
C’est une technique réservée aux laboratoires.
La plante médicinale est congelée puis il y a de multiples extractions successives dans l’eau et l’alcool.
Puis le résultat est mis dan sla glycérine après évaporation de l’alcool.
L’avantage est la durée de validité de cette préparation et leur goût agréable.
Par contre, il ne faut pas rater la période des bourgeons qui est très courte et différente selon chaque espèce.

Elixir

Mélange d’une solution alcoolique (teinture ou alcoolature) avec des sucres.
L’inconvénient est le taux de sucre.

Alcoolature

Elle se différencie de la teinture étant donné qu’elle est le résultat de l’action dissolvante de l’alcool sur les plantes fraîches.
Celles-ci sont obtenues par macération à froid.
L’avantage des préparations hydro-alcooliques : c’est leur conservation.
En effet, il est possible de les conserver 5 ans sans problèmes.
L’inconvénient est le taux d’alcool qui peut gêner les personnes qui ont des problèmes de foie ou d’intolérance.
La difficulté aussi à se procurer de l’alcool éthylique.

Teinture

C’est le résultat de l’action dissolvante de l’alcool sur les plantes sèches.
Elle peut être simple (une seule plante) ou composée (plusieurs plantes).
La plupart du temps obtenue par macération à froid.

Tisane :

la forme galénique des plantes médicinales préférée des herboristes
Appelée aussi extrait aqueux.
La forme galénique préférée des herboristes car cette forme est traditionnelle et ancrée dans notre patrimoine culturelle.
L’eau est le moyen d’extraction des principes actifs.
Ces derniers sont hydrosolubles mais pas seulement il y a un peu d’huile essentielle puisque la chaleur fait éclater les cellules végétales.

une infusion : la plante est mise dans l’eau froide.
On porte à ébullition et dès que celle-ci apparaît, on met hors du feu et on couvre pendant 10 minutes.

 une décoction : c’est le même processus sauf que l’ébullition se fait sur plusieurs minutes.
soit une macération : les plantes médicinales sont placées dans l’eau froide pendant plusieurs heures.
On parle de digestion entre 37°C et 100°C

Mucilage correspond à un extrait aqueux un peu épais dû à la présence de composants chimiques mucilagineux (retrouvés dans la guimauve, mauve,…).

L’avantage des tisanes consiste dans le fait qu’elles soient simples à préparer et peu onéreuses.

Sucs

Le jus tout simplement de la plante fraîche obtenu une fois que celle-ci est pressée.
Cet extrait peut être plus ou moins liquide.
Attention, cette forme ne se conserve pas très bien, c’est donc à consommer tout de suite.

Oxymel

L’oxymel est un remède ancestral utilisé depuis des siècles pour soutenir le corps et aider à la détoxication. Ce remède, originaire de la médecine d’Hippocrate, a traversé les générations grâce à ses bienfaits prouvés.
« Oxy » signifie « aigre » en grec (« oxos » signifie donc « vinaigre »), « meli », le miel.
Achetez uniquement du vinaigre naturel non filtré (si possible de qualité biologique), sans colorants ni conservateurs et sans antioxydants ni épaississants. Le vinaigre doit être fabriqué à partir d’un produit naturel régional, sans sucre ajouté et produit à moins de 40°C.
Lorsque vous achetez du miel, vous devriez rechercher des variétés de miel régionales, biologiques et aussi peu raffinées que possible (à une température inférieure à 40°C).
L’Oxymel peut être mélangé à froid (cru) ou cuit, et éventuellement préparé avec des additifs de fruits et de plantes. Surtout pour les enfants, il peut être également utilisé pour préparer une teinture « sans alcool » ou un sirop contre la toux. L’Oxymel convient également, comme saine alternative, pour remplacer le sucre raffiné et l’acide citrique produit industriellement, dans la conservation rapide et facile des confitures, des herbes, des fruits et légumes marinés. Même cuit, l’Oxymel est encore riche en substances vitales. Avec l’Oxymel brut, c’est-à-dire sans cuisson, les jus et les sirops peuvent être conservés.

Recette de base de l’Oxymel (remué à froid) :
Bien mélanger dans un bocal en verre ou en porcelaine 300 g de miel de forêt biologique avec 100 g de vinaigre de cidre de pomme biologique et ¼ de cuillère à café de sel gemme et verser le mélange dans une bouteille en verre. Se conserve environ 2 à 3 ans dans un endroit frais et sombre.

Cette recette de base peut également être faite avec d’autres types de miel et de vinaigre ; le rapport du miel au vinaigre peut également être varié. Ce mélange a une action immuno-fortifiante, anti-inflammatoire, antipyrétique et détoxifiante. Il régule aussi la digestion et apaise l’irritation des maladies respiratoires.
Sirop de Vitamine C au cynorrhodon ou aux baies d’argousier :
Mélanger 200 g de miel de fleur biologique avec 100 g de vinaigre de cidre biologique. Mettre 100 g de coques fraîches de cynorrhodon finement hachées (sans graines) ou de baies d’argousier dans une jarre jusqu’à un peu plus que la moitié et y verser le mélange vinaigre-miel. Les fruits doivent bien être recouverts par le liquide. Enlever d’éventuelles bulles d’air en remuant avec une baguette en verre ou en bois. Fermer le bocal, laisser infuser pendant 1 à 2 semaines, en remuant le bocal tous les jours. Passer le sirop obtenu au tamis fin, le verser dans de plus petites bouteilles en verre et le conserver dans un endroit sombre et frais (peut être conservé pendant environ une demie année).

Application :
Pour renforcer le système immunitaire, prendre 3 cuillères à soupe de ce mélange par jour avec 1 verre d’eau.

Conseil : Si les fruits, le miel et le vinaigre sont écrasés et mélangés avec un mixeur, vous pouvez déguster ce sirop tout de suite (pas besoin de filtrer). Mettre la bouteille remplie au réfrigérateur.

Oxymel antibiotique (très épicé – seulement pour les adultes) :
Mélanger 350 g de miel de forêt biologique avec 750 g de vinaigre biologique. Ajouter 1 gros oignon rouge biologique, finement haché, 1 bulbe de gingembre biologique finement râpé, 3 grosses gousses d’ail biologique finement hachées, une demie racine de raifort biologique finement râpée, 1 piment fort biologique finement haché, 1 racine de curcuma biologique finement hachée, 1 cuillère à café de graines de moutarde, 1 cuillère à café de clous de girofle et 1 bâton de cannelle finement coupé dans un bocal à vis jusqu’à une bonne moitié, y verser le mélange vinaigre-miel: tout doit être bien recouvert. Enlever les bulles d’air en remuant avec une baguette de verre ou de bois. Fermer le bocal, laisser infuser pendant au moins 2 à maximum 4 semaines dans un endroit frais et sombre. Remuer le bocal tous les jours, puis passer au tamis fin, bien presser le résidu, verser dans de plus petites bouteilles en verre, conserver dans un endroit sombre et frais (peut être conservé pendant environ 1 an).

Application :
Pour renforcer le système immunitaire, prendre 1 cuillère à café par jour de ce mélange avec 1 verre d’eau.
Cet Oxymel antibiotique peut également être ajouté aux plats comme assaisonnement.

Recette d’Oxymel selon Hildegard von Bingen :
Mélanger 100 g de miel de fleur avec 100 g de vinaigre de vin blanc et 50 g de poudre de dictame (Dictamnus albus) et verser dans une bouteille en verre. Laisser infuser environ 2 à 4 semaines, en remuant régulièrement la bouteille (se conserve environ 1 an, bien agiter avant utilisation).

Application : Buvez 1 cuillère à soupe de ce mélange tous les 2 jours (avant le petit déjeuner) avec une tasse d’eau tiède ou de thé. Cet Oxymel a des propriétés antidégénératives et tonifiantes pour le système cardiaque et peut être utilisé pour traiter les maladies liées à l’âge, les inflammations, les maladies cardiaques et la perte de vitalité, ainsi que pour la désintoxication.

Recette d’Oxymel avec méthode de cuisson :
Faire bouillir l’équivalent de 200 ml en plantes aromatiques fraîches (herbes sauvages, thym, hysope, romarin…) avec 100 ml de vinaigre pendant environ une demie heure à une heure et laisser infuser (pas plus qu’à 80°C). Laisser refroidir ensuite jusqu’à moins de 40°C, passer les herbes au tamis et bien presser, incorporer 400 ml de miel dans le vinaigre aux herbes, remplir dans des bouteilles en verre et déguster.

Application : prendre 1 cuillère à soupe dans 1 verre d’eau par jour.

Cette méthode peut être utilisée pour accélérer l’extraction des plantes, lors de l’utilisation de plantes fraîches, de racines, d’écorces ou de résines, dans des préparations pour jeunes enfants ou pour obtenir une meilleure stabilité dans la préparation du sirop.

Macérat huileux

Macérat huileux de millepertuis
Un remède très connu au millepertuis est le macérat huileux. Pour le confectionner il faut mettre les fleurs dans un bocal et remplir le bocal d’huile d’olive. Il est important de bien couvrir toutes les fleurs d’huile. Laissez le bocal dans un endroit chaud pendant trois semaines. Il ne faut pas fermer le couvercle pour qu’il y ait de l’échange d’air. En général on met le bocal au soleil pour la chaleur. Mais il vaut mieux le couvrir d’un linge foncé ou d’un sac en papier pour éviter que les rayons lumineux endommagent les principes actifs. Après trois semaines, on filtre et on enlève le dépôt aqueux qui s’est éventuellement formé. L’huile aura pris une très belle couleur rouge sang et un parfum balsamique.