Egopode podagraire

Précautions

Comme de nombreuses plantes de la famille des ombellifères (carotte y compris), l'Égopode produit des substances photosensibilisantes ; les personnes allergiques aux plantes de cette famille devraient le manipuler avec des précautions particulières et/ou ne pas s'exposer au soleil après l'avoir manipulé ou mangé cru.

En cuisine

Sapide, elle peut être consommée crue, en salade (jeunes pousses) ; ou cuite, comme les épinards, avec une « saveur chaude, agréable, analogue à celle de l'Angélique » selon Rodet et Baillet (1872). Selon François Couplan, à la fois la feuille et la fleur sont ainsi consommables ; la tige se mange aussi, mais uniquement jeune. 

Les jeunes feuille, avec leur pétiole, peuvent être consommées crues en salade
Les plus âgées peuvent êtres cuites comme les épinards
Les fleurs décorent et apportent une petite touche sucrée
Les fruits et les racines peuvent se prendre en décoction

Propriétés médicinales

Propriétés :

Elle était utilisée contre la goutte (d’où le nom vernaculaire d’herbe au goutteux / aux XIIe siècle, la goutte s’appelait « podagre », d’où le nom latin « podagraria ») grâce à se fruits et racines, et en consommant régulièrement comme légume les parties aériennes.

diurétique
antiinflammatoire
antifongique (falcarindiol)
hypoglycémiante
riche en protéines, vitamine C et provitamine A (= qui permet la production de vitamine A par l’organisme) 

Comme son nom l'indique, la plante était utilisée pour soigner la goutte, mais sans efficacité. Toutefois, des études scientifiques récentes ont permis d'isoler des principes actifs de la plantes, ayant des propriétés anti-inflammatoires, dermo-protectrices, anti-microbiennes et diurétiques.

Divers

elle est parfois devenue invasive.

Si on l'arrache en laissant son système racinaire en place, elle repousse. Un petit morceau de racine oublié peut redonner une nouvelle plante . Cette plante se reproduit également par graines. Un pied peut donner des centaines de graines…

Pour éviter la prolifération, planter des plantes compétitives (ex. : capucines). On pourra également profiter de sa présence pour la consommer, plutôt que tenter de l'éradiquer.