Consoude

Précautions

La racine est hautement toxique pour le foie. Il ne faut jamais la consommer. Les jeunes pousses peuvent l'être sans problème, à condition que leur consommation ne soit pas fréquente.

Vidéo

Usages culinaires

Cette plante contient des alcaloïdes pyrrolizidiniques toxiques pour le foie à haute dose ou à petite dose si une consommation régulière en est faite, aussi est-il déconseillé de manger quotidiennement de la consoude. À titre occasionnel, on peut donc consommer :

les très jeunes feuilles, encore tendres, coupées finement et ajoutées aux salades ;
les feuilles peuvent être cuites dans des soupes, en légumes, en beignets ;
les feuilles, riches en protéines et minéraux peuvent parfaitement remplacer l'usage d'épinards dans une variété de préparations culinaires, de plus la consoude n'a pas le défaut des épinards de devenir toxique sous l'influence prolongée de l'air.
les jeunes pousses en asperge

il est souvent dit qu'elle est le seul exemple connu dans le règne végétal de production (en tant que métabolite secondaire) de vitamine B12. 

Propriétés médicinales

Racine et feuilles mucilagineuses sont émollientes et adoucissantes, utilisées pour soigner les dermites des animaux. 
On la recommande en usage interne sous forme de tisane de feuilles en quantité limitée, pour les troubles de l'appareil digestif, hémorragies stomacales, ulcères gastriques, bronchites et pleurésies. 
Son usage externe est le plus remarquable.
la racine de consoude des propriétés hémostatiques, anti-inflammatoires, astringentes, cicatrisantes et émollientes.

La racine est « traditionnellement utilisée comme traitement d'appoint adoucissant et antiprurigineux des affections dermatologiques, comme trophique protecteur dans le traitement des crevasses, écorchures, gerçures et contre les piqûres d'insectes. ».

Suivant Pierre Lieutaghi, les meilleurs résultats sont obtenus avec les racines fraîches, ébouillantées, broyées que l'on applique sur les plaies suppurantes ou les escarres. « Sur les brûlures du premier degré, la pulpe fraîche procure un soulagement rapide. Elle calme et cicatrise promptement les gerçures des seins. »

Une crème à base de consoude était un peu plus efficace qu'un gel de Voltarène dans le traitement des entorses de la cheville6.

En application interne et externe, la consoude accélère, grâce à sa teneur en allantoïne, la formation de nouvelles cellules, aussi bien dans la peau que dans des masses osseuses. Des études ont prouvé que des fractures guérissaient beaucoup plus vite en appliquant de la consoude.

On la recommande en usage externe pour les rhumatismes, gonflements d'articulations, luxations, foulures, goutte, meurtrissures, hématomes, fractures, douleurs des moignons d'amputation, douleurs de la nuque, tumeurs variqueuses et déformations des poignets et des chevilles.

Composition

La racine de consoude contient des glucides (fructanes), des terpénoïdes (mono- et bidesmosides triterpéniques) et des alcaloïdes pyrrolizidiniques (0,2-0,4 %) : lycopsamine, intermédine (monoester de la rétronécine) et leurs dérivés acétylés, ainsi que de la symphytine (un diester). Elle contient aussi de l'allantoïne, de l'acide rosmarinique et des mucilages (polysaccharides). La Grande consoude contient des alcaloïdes pyrrolizidiniques hépatotoxiques.

Les feuilles renferment aussi des alcaloïdes, mais en quantité bien plus faible : 0,003-0,02 %.