Clématite des haies

Précautions


• Les intoxications humaines sont très rares et plus occasionnelles chez les animaux. Dans le foin, ces plantes sont inoffensives car la protoanémonine se transforme en séchant en dimère d'anémonine, dépourvu d'effet toxique.
• Dans la bouche, on observe une stomatite avec des brûlures localisées, voire des ulcérations. Des troubles digestifs, dus à l'irritation locale, apparaissent et se manifestent par des colites et des diarrhées. Des troubles neurologiques, des paralysies et des néphrites peuvent parfois être observés.
Par contact, toutes les parties de la plante renferment un suc irritant, rubéfiant et vésicant qui peut engendrer la formation de vésicules, voire de pustules.
• Au Moyen âge, les mendiants se frottaient avec le suc de la clématite pour inspirer la pitié, d'où son nom populaire d' "herbe aux gueux".

Propriétés


La clématite des haies est recommandée pour diminuer les rhumatismes, les sciatiques et les lumbagos. Elle soigne également les névralgies.
Propriétés
• Analgésique local
• Usage identique à celui du Tamier
• Attention, apparition parfois de cloques et rougeurs
• Toxique
• Révulsive et vésicante (surtout Clématite brûlante Clematis flammula L. méditerranéenne)
Indications de la plante entière (phytothérapie)
• Rhumatismes
• Névralgies
• Usage local uniquement et avec prudence
• L’homéopathie utilise Clematis recta (teinture mère de jeune rameau fleuri) pour les inflammations génitales masculines
Formes et préparations : teinture mère, liniments
La clématite est aussi utilisée en shampoing pour fortifier les cheveux fragiles

Composants principaux de la plante

• Lactone
• Protoanémonine
• Saponosides : dérivés de l’acide oléanolique et de l’hédéragénine
• saponosides triterpéniques, mais en plus faibles quantités.
• des alcaloïdes