Asperge

En cuisine

On utilise les pousses vertes, blanches ou violettes : la fraîcheur des tiges se juge selon plusieurs critères (asperges fermes et cassantes, de même épaisseur, avec des pointes resserrées) et ces qualités permettent d'obtenir une cuisson homogène.

Lors de l'achat, l'asperge doit exhaler une agréable senteur d'épi de blé mûr, le toucher doit être à la fois ferme et souple sous le doigt et résistant à la rupture (test du crissement entre les doigts), le talon ne doit pas être trop sec (lorsqu'il est pressé, le jus qui en ressort ne doit pas être amer), ce qui dénotera une cueillette récente.

L'asperge blanche a poussé entièrement sous terre, en l'absence de lumière, ce qui lui donne un goût délicat et très fin.
L'asperge violette est très fruitée. C'est une asperge blanche qu'on a laissé échapper de sa butte et dont la pointe devient mauve sous l'effet de la lumière. Elle prend une légère amertume.
L'asperge verte a poussé à l'air libre et doit sa coloration au processus normal de synthèse chlorophyllienne qui se développe à la lumière du soleil. Elle offre une saveur marquée et un bourgeon presque sucré. C'est la seule asperge qu'il est inutile d'éplucher.
Les asperges sauvages s'utilisent comme les vertes.

La cuisson des asperges

Asperges cuites dans une eau en ébullition. En laissant leur bout à l'air, ils seront saisis par une cuisson à la vapeur, préservant leur goût.
Les asperges sauvages se cuisinent de différentes façons : cuites à la vapeur ou à l'eau puis accompagnées d'une sauce ou bien cuites en omelette. Il est aussi possible de les consommer crues dans une salade.
Asperges à la sauce hollandaise.
L'asperge verte ayant une peau plus fine, l'épluchage du tiers inférieur est suffisant. Les épluchures et le talon peuvent être utilisés pour composer une soupe.

Pour conserver leur couleur et leur texture, il faut les faire cuire aussi peu de temps que possible.

Propriétés

L'asperge est riche en vitamines A, B9 et PP, phosphore et manganèse.

Elle contient aussi de l'asparagine et de l'acide asparagusique. 

Dans les 15 minutes suivant la consommation d'asperges cuites, l'urine peut être alors dotée d'une odeur très caractéristique.

Elle est diurétique, légèrement laxative et galactagogue.

Ce sont les racines qui étaient un peu utilisées en herboristerie. Les turions contiennent un grand nombre de vitamines (A et C), d'acides aminés et d'oligo-éléments.

Pline l'Ancien les conseillait comme aphrodisiaque.

Verte, blanche ou violette, l’asperge se consomme dans toutes les régions du monde. C’est une excellente source de folate, une vitamine essentielle aux femmes enceintes ou qui allaitent. Les antioxydants qu’elle contient aideraient notre organisme à prévenir de nombreuses maladies.

Caractéristiques de l’asperge
Riche en fibres alimentaires ;
Excellente source de vitamines B9 et K ;
Favorise le drainage et l’élimination rénale ;
Contribue au bien-être digestif.

Pouvoir antioxydant : Très élevé pour l’asperge crue. Élevé pour l’asperge cuite.

L’asperge contient plusieurs composés phénoliques, dont les principaux sont des flavonoïdes (principalement la rutine) et des acides phénoliques (dont l’acide hydroxycinnamique). Ces composés ont des propriétés antioxydantes, c'est-à-dire qu’elles réduiraient les dommages causés par les radicaux libres dans le corps. Ces derniers sont des molécules très réactives qui seraient impliquées dans l’apparition des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement.

Les asperges vertes et violettes contiendraient plus de composés phénoliques que les asperges blanches. Le fait de peler l’asperge ne semblerait pas influencer sa teneur en composés phénoliques lorsqu’elle est fraîche, mais réduirait par contre son contenu en composés phénoliques lorsqu’elle est pelée avant d’être entreposée.

L’asperge posséderait des antioxydants de meilleure qualité et en plus grande quantité que plusieurs légumes couramment consommés en Europe et aux États-Unis, comme l’oignon jaune, l’oignon rouge, l’ail, le brocoli et le poivron. Mais sa consommation est relativement réduite. 

Caroténoïdes antioxydants
L’asperge contient des pigments caroténoïdes, principalement le bêta-carotène, la lutéine, la zéaxanthine et la capsanthine. Durant le mûrissement de l’asperge, les concentrations de lutéine et de bêta-carotène ont tendance à diminuer, tandis que les quantités de zéaxanthine et de capsanthine augmentent. Les caroténoïdes sont des composés possédant des propriétés antioxydantes et la consommation d’aliments riches en caroténoïdes serait reliée à un moindre risque de souffrir de certains cancers et de maladies cardiovasculaires.

Une excellente source de folate (vitamine B9)
Les asperges possèdent une teneur élevée en folate, ce qui les situe au 5e rang des aliments les plus riches en folate, après le foie de boeuf et certains types de légumineuses. Cinq asperges cuites fournissent environ 25 % des besoins quotidiens en folate pour la population en général, et de 15% à 20% pour les femmes enceintes ou celles qui allaitent. Les asperges en conserve contiennent pratiquement autant de folate que les asperges fraîches.

Teneur en thiols
Parmi une quinzaine de légumes, l’asperge se classerait au 1er rang quant à son contenu en deux types de thiols, le glutathion et l’acétylcystéine. Ces composés auraient différentes propriétés antioxydantes. Entre autres, le glutathion pourrait améliorer l’élimination de cholestérol oxydé, celui-ci étant très dommageable pour les artères. La consommation d’aliments riches en glutathion pourrait aussi diminuer le risque de cancers du haut du tube digestif. Comme ces résultats ne sont pas reliés à l’ingestion spécifique d’asperges, davantage d’études devront être réalisées afin de connaître l’effet de la consommation des thiols de ce légume.

Saponines
Les asperges contiennent de la saponine, principalement de la protodioscine. En plus de contribuer à l’activité antioxydante de l’asperge, cette saponine est aussi connue pour ses effets toxiques in vitro sur certaines cellules cancéreuses humaines. Des chercheurs ont observé que la partie inférieure (base) de ce légume contiendrait jusqu'à 100 fois plus de protodioscine que la partie supérieure (pointe). La base de l’asperge étant habituellement coupée avant sa consommation, les effets bénéfiques de ce composé seraient le plus souvent perdus.

Des phyto-oestrogènes anti-cancer 
L’asperge contient de petites quantités d’isoflavones et de lignans, deux types de phytoestrogènes. Ces composés, dont la structure est similaire aux oestrogènes, pourraient réduire le risque de certains cancers. Il faut noter que le contenu en isoflavones des asperges est considérablement plus faible que celui des produits à base de soja (environ 200 fois moins d’isoflavones que le tofu et 90 fois moins que le lait de soja). Par contre, la quantité de lignans présents dans les asperges est généralement égale ou plus élevée que celle des produits du soja. De plus, la cuisson des asperges n’aurait pas d’impact majeur sur leur concentration en phytoestrogènes. Les asperges pourraient donc contribuer à augmenter l’apport alimentaire en phytoestrogènes. Elle a longtemps été considérée comme un aphrodisiaque dans de nombreuses cultures. Cette réputation lui vient de sa forme mais aussi des glycosides stéroïdes qu’elle renferme qui peuvent stimuler la production de la testostérone, l’hormone du désir.

Fructo-oligosaccharides et effet prébiotique
Les fructo-oligosaccharides (FOS) ou oligofructoses sont un type de glucides naturellement présents dans certains légumes et fruits tels que l’asperge, l’oignon, la chicorée, l’artichaut, l’ail et la banane. Les fructo-oligosaccharides sont reconnus pour leurs bienfaits sur la santé, notamment pour leur effet prébiotique, leur effet favorable sur l’absorption des minéraux, ainsi que la diminution des taux de cholestérol, de triacylglycérols et de phospholipides sanguins.

Composés sulfurés
Un composé sulfuré nommé dimer a été détecté dans quelques légumes, dont l’asperge. Cette molécule a récemment démontré des propriétés antioxydantes et a été retrouvée dans l’urine et le plasma humain. 

Différents composés capables de stimuler l’élimination rénale sont présents dans l’asperge en proportions relativement importantes : des fructosanes (glucides spécifiques à certains végétaux), et l’asparagine bêta (un monoamide dérivé d’un acide aminé, l’acide aspartique).
Par ailleurs, le rapport potassium /sodium élevé (270/3) contribue aussi à favoriser la diurèse. L’asperge possède donc une action diurétique certaine, sensible même lors d’une consommation modérée.
A noter : l’odeur caractéristique que prend parfois l’urine après consommation d’asperges est due à la présence de méthylmercaptan, une substance soufrée issue de la dégradation et de l’élimination de certains composés azotés présents dans les asperges.

Les fibres de l’asperge favorisent le bon fonctionnement des intestins : elles régularisent le transit intestinal (grâce aux pectines et mucilages, qui retiennent l’eau, et sont très bien tolérés), tout en le stimulant (les celluloses de la tige sont particulièrement efficaces pour lutter contre la paresse intestinale.).
La consommation d’asperges permet ainsi de remédier en douceur à une tendance à la constipation, sans risque d’irritation pour les muqueuses intestinales.
Une teneur clé en acide folique
Par sa richesse en vitamine B9, l’asperge peut aider à prévenir certaines malformations congénitales (chez la femme enceinte), et à protéger le système cardiovasculaire (en maintenant un taux d’homocystéine correct).

Une source de quercétine
L'asperge est une source importante de quercétine, un flavonoïde aux propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. L'asperge en renferme en moyenne 12 mg pour 100 g (autres sources intéressantes : les oignons : 33 mg/100 g, le sarrasin : 23 mg/100 g, les câpres : 200 mg/100 g). Selon des études expérimentales et d'observation, il est possible que les aliments riches en quercétine, comme l'asperge, jouent un rôle dans la prévention du cancer et des maladies cardiovasculaires. La quercétine pourrait aussi avoir un effet anti-histaminique (être utile donc en cas d’allergies).
Bonne contre l'inflammation
L'asperge renferme des saponines, des substances qui donnent une saveur amère aux plantes. Dans l'asperge, la principale saponine est l'asparanine A. Expérimentalement, ces saponines ont des effets anti-inflammatoires en inhibant par exemple l'interleukine-6 et le TNF (des molécules inflammatoires). A l'inverse, elles semblent activer une autre cytokine (l’interleukine-12) qui soutient l'immunité via certains globules blancs.

Sa richesse en vitamine E lui permet aussi d’aider à fluidifier le sang, ce qui facilite l’érection chez l’homme et l’afflux sanguin au niveau des parties génitales chez la femme.

Composition

L’asperge, qu’elle soit verte, blanche ou violette, est un véritable concentré de vitamines et minéraux essentiels à la bonne santé de l’organisme. Parmi ces nutriments présents en bonne quantité dans la chair de l’asperge, nous pouvons citer :
Vitamine B9 (folate) : l’asperge est une excellente source de vitamine B9 ;
Vitamine K : l’asperge est une excellente source de vitamine K ;
Cuivre : l’asperge bouillie est une bonne source de cuivre tandis que l’asperge en conserve en est une source ;
Fer : l’asperge en conserve est une bonne source de fer pour l’homme et une source pour la femme. L’asperge bouillie est une source de fer pour l’homme ;
Vitamine A : (sous forme de bêta-carotène) (227 µg pour 100 kcal),
Vitamine B1 (thiamine)
Vitamine B2 (riboflavine) 
Vitamine B3 (niacine) 
Vitamine B6 (pyridoxine)
Vitamine C (34.95 pour 100 kcal),
Vitamine E  (3,2 mg pour 100 kcal)
Manganèse 
Phosphore 
Sélénium
Zinc

magnésium (63,5 mg pour 100 kcal),

fer (4,1 mg pour 100 kcal),
acide folique B9(149 µg/ 100 kcal),
fibres (6 g pour 100 kcal).
100 kcal d’asperges correspondent à environ deux bottes : 455 g.

Les glucides sont présents à raison de 3,5 g aux 100 g en moyenne (la pointe de l’asperge étant un peu plus chargée en glucides que le reste de la tige), ils fournissent plus de la moitié du total calorique. Ce sont les réserves énergétiques de la plante. 

Les protides et les composés azotés (acides aminés libres et amines) sont relativement abondants pour un végétal frais : 2,2 g. On note en particulier la présence de méthionine (un acide aminé soufré) et d’acide aspartique (un autre acide aminé, sous forme libre et combinée).

Comme dans les autres légumes frais, les lipides n’apparaissent qu’en faibles quantités (0,2 g aux 100 g). Ils interviennent essentiellement comme constituants des membranes et des cellules végétales.

Les fibres représentent 1,5 % de composition total. Les pectines et mucilages donnent à la pointe d’asperge cuite sa consistance moelleuse caractéristique, tandis que les hémicelluloses, celluloses et surtout les traces de lignine confèrent à la tige une apparence fibreuse très caractéristique.

On a identifié un très large échantillonnage de substances minérales et d’oligo-éléments dans l’asperge. Outre le potassium, qui comme dans la majorité des végétaux, arrive en tête (270 mg/100 g), on relève un niveau intéressant de calcium (20 mg), de magnésium (12 mg) et de fer (1,1 mg), ainsi que la présence de cuivre, de manganèse, de zinc, de bore et de fluor, etc. Enfin, le taux de sodium reste particulièrement bas (moins de 3 mg aux 100 g).

Les teneurs vitaminiques varient assez sensiblement en fonction des variétés. Les asperges violettes sont plus riches en vitamine C et en provitamine A, les asperges à pointe verte plus riches en vitamine B1 et en vitamine B2.

En moyenne, l’asperge fournit 31 mg de vitamine C aux 100 g, et environ 16 mg une fois cuite, ce qui est une teneur intéressante (comparable à celle de la tomate crue, et deux fois plus élevée que celle de la carotte, par exemple).

L’asperge est l’un des légumes frais les mieux pourvus, globalement, en vitamines du groupe B. Les taux sont de l’ordre de 0,2 mg pour les vitamines B1 et B2 (et 0,15 mg dans l’asperge cuite), 1 mg pour la vitamine B3 ou PP (0,8 mg après cuisson), et 0,6 mg pour la vitamine B5 (0,13 mg après cuisson).

La provitamine A varie, selon les variétés, entre 0,4 et 0,8 mg aux 100 g (valeurs comparables à celles du chou ou de la tomate, qui en sont bien pourvus). La vitamine E atteint le taux, appréciable pour un légume frais, de 0,8 mg aux 100 g.

Précautions

Attention, elle est déconseillée aux personnes souffrant d'un œdème dû à une insuffisance rénale ou cardiaque.
Attention à ne pas consommer les fruits des asperges qui contiennent des saponides pouvant provoquer la destruction des globules rouges.