vitamines 2

Vitamine A (rétinol ou bêta-carotène)

La vitamine A  joue un rôle important pour la vision, le renouvellement cellulaire de la peau et le système immunitaire.

On trouve ainsi de la vitamine A dans les légumes (carottes, patate douce, courges d'hiver, poivrons...). Elle est également présente dans les aliments d'origine animale comme le foie, l'huile de poisson, les œufs et les laitages ainsi que le beurre. On la trouve également de façon très significative dans de nombreuses plantes médicinales.

Vitamine C

 La vitamine C possède des propriétés antioxydantes qui luttent contre le vieillissement des cellules. Elle aide à la cicatrisation et consolide les dents et les os. Très précieuse en hiver, elle renforce également les défenses immunitaires.  la vitamine C est bénéfique en cas d’infertilité masculine et féminine. lutte contre l'accumulation de métaux lourds comme le plomb, le mercure et le cadmium,
L’'acide ascorbique neutralise les radicaux libres, protégeant ainsi les cellules de l'organisme du vieillissement
renforce les défenses immunitaires
aide à produire du collagène (et contribue à la santé de la peau),
Les nouvelles données sur la propriété de la vitamine C qui brûle les graisses et aide à maigrir.

Cassis 200mg Persil 190 mg Poivron rouge cru 162 mg Herbes aromatiques 143 mg zeste de citron 129mg   Raifort cru 97,30 mg Kiwi 92,70 mg
Fruits rouges 67,90 mg.Chou de bruxelles cuit 58,20 mg Chou fleur 57,9 mg Cresson de Fontaine 56,5 mgChou rouge 55 mg Oseilles 48 mg ris de veau 39.4 mg épinard 39.3mg












surtout apportée par les agrumes, les kiwis et les mangues.  On trouve aussi de la vitamine C dans quelques légumes crus (poivrons, choux, raifort)

Vitamine D

Des études récentes ont associé la carence en vitamine D à l’infertilité et aux fausses couches.
Elle est synthétisée d’une part
  • par ce que nous mettons dans notre assiette
  • par l’organisme d’autre part, sous l'effet des rayons du soleil (plus particulièrement les UVB).
Bien que le corps possède des réserves de vitamine D fabriquées pendant les beaux jours, ce n’est pas toujours suffisant pour faire face à la saison froide. 
80% des Français présenteraient un déficit en vitamine D.   (la référence nutritionnelle étant de 15 µg/j pour les hommes et les femmes adultes).
la vitamine D n’est pas vraiment une vitamine ; il est plus correct de la considérer comme une pré-hormone, puisqu’elle est convertie en un métabolite qui agit de manière analogue à une hormone stéroïde essentielle au maintien de l’homéostasie du squelette, en régulant les niveaux de calcium et de phosphore.
À l’absorption intestinale et à l’utilisation du calcium et du phosphore.
Au maintien de taux sanguins de calcium normaux.
À la croissance normale des os des enfants.
Au maintien de l’état normal des os, des muscles, des dents et du système immunitaire.
À la division cellulaire.
Au fonctionnement normal du système immunitaire des enfants de 3 à 18 ans
Les différents types de vitamine D
Il est important de différencier deux formes fondamentales qui nécessitent l‘action du foie et des reins pour être biologiquement actives. Elles sont au nombre de deux et ne seront pas apportées de la même manière dans l’organisme :
L’ERGOCALCIFÉROL (D2)
Elle est principalement d’origine végétale. Il est incorporé à l’alimentation par la consommation d’aliments végétaux qui en contiennent, comme les champignons médicinaux et, plus précisément, les compléments alimentaires qui en sont issus sous forme de poudre et d’extraits. Le complément pour le système immunitaire Bio-Defense en est un bon exemple, car il contient du Reishi, du Shiitake, du Maitake et des pleurotes.
LE CHOLÉCALCIFÉROL (D3)
Contrairement à ce qui précède, on le trouve dans la peau après l’exposition aux rayons UV, mais il peut également être obtenu dans l’alimentation, principalement dans les aliments d’origine animale.

Cette vitamine absolument essentielle sert à fixer le calcium. Elle a un rôle précieux dans l'immunité et la prévention des cancers. On a d'ailleurs remarqué que beaucoup de patients qui développaient une forme sévère du Covid-19 étaient carencés en vitamine D, contrairement à ceux qui faisaient  une forme légère.

La vitamine D jouit de deux voies d’entrée dans l’organisme :

une voie secondaire, via l’alimentation, où les aliments contiennent des précurseurs de la vitamine D, métabolisés dans le foie et les reins pour produire la vitamine ;
et une autre via la voie dite primaire, qui nécessite la photoactivation d’un précurseur (MacLaughlin et al. 1982) dans les cellules de la peau par l’action des rayons ultraviolets.


 On la trouve dans les poissons gras (sardines, harengs, maquereaux et saumon) qu'il faudrait consommer deux à trois fois par semaine.  Elle est également présente dans les vers de farine. Les chanterelles et les girolles crues en contiennent 5,3 µg pour 100 g, les morilles 5,1 µg. La margarine :. elle contient 10 µg de vitamine D pour 100 g.Le fromage blanc : Le fromage blanc 3% en contient 4 µg pour 100 g. L’huile de foie de morue 250 µg de vitamine D pour 100 g Le hareng 22 µg pour 100 g au naturel L’espadon 16,6 µg de vitamine D pour 100 g La truite arc-en-ciel : avec son joli nom et ses 15 µg de vitamine D pour 100 g La sardine Elle contient 13 µg pour 100 g Le saumon Il contient 13 µg de vitamine D pour 100 g.Le maquereau 12,3 µg de vitamine D pour 100 g Le thon : Cru, il contient 7,8 µg de vitamine D pour 100 g.La perche : ce poisson d’eau douce contient 9 µg de vitamine D pour 100 gL'œuf : La vitamine D se trouve principalement dans le jaune avec 11,4 µg pour 100 g Mélange d’huile d’oiive et de graines : 5,00 µg Le chocolat noir : avec 70% de cacao minimum, il contient en moyenne 2,16 µg de vitamine D pour 100Graisse de canard 4,80 µg


















Vitamine E

La vitamine E participe à la protection des membranes cellulaires et contribue ainsi à ralentir le vieillissement cutané. La vitamine E possède également des vertus antioxydantes. Elle est très utile pour limiter l'oxydation du cholestérol dans le sang, premier facteur de risque de la formation des plaques d'athérome, à l'origine de nombreuses maladies cardio-vasculaires.

Essentiellement apportée par l'huile comme celles de colza, de germe de blé, de tournesol, d'olive, d'argan, dans les légumes à feuilles vert foncé, les amandes, les noisettes. Il faudrait consommer une à deux cuillères d'huile par jour. Notons également qu'une belle poignée de 23 amandes couvre 65 % du besoin quotidien en vitamine E d'un adulte.

Vitamine K

La vitamine K intervient surtout dans le processus de la coagulation. Elle participe également à la minéralisation osseuse et la croissance cellulaire.

► La vitamine K : est présente dans les légumes verts, le jaune d'oeuf et les céréales. Elle est très présente dans toutes les plantes aromatiques comme la ciboulette, l'estragon, le persil, la coriandre, etc.

Titre du paragraphe

Mise à part les vitamines K et D que le corps est capable de fabriquer, les autres sont apportées par l'alimentation d'où l'importance d'avoir une alimentation équilibrée pour éviter les carences.

Age et vitamines

Avec l'âge, l'organisme a de plus en plus de mal à absorber et à métaboliser les vitamines.
C'est le cas des vitamines B importantes pour lutter contre le déclin cognitif, contre l'ostéoporose et pour protéger le système cardio-vasculaire, des vitamines C et E qui soutiennent avec les vitamines D et A, le système immunitaire qui s'affaiblit au fil du temps  des vitamines C et E qui participent activement à la synthèse du collagène et des cellules osseuses, des vitamines D et K nécessaires à l'équilibre du calcium dans l'organisme essentiel face au risque de déminéralisation qui augmente avec l'âge et de calcification des artères. 

En théorie, une alimentation ciblée, antioxydante et variée devrait couvrir les beAsoins vitaminiques.

Les vitamines de complexe B favorisent la synthèse du collagène et de l'élastine. En consommant davantage d'aliments qui en contiennent, on contribue au maintien du tonus et de l'élasticité de votre peau. En abaissant l'homocystéine, elles diminuent le risque cardiovasculaire. Un apport insuffisant perturbe le fonctionnement cérébral. 

Les femmes ménopausées sont moins susceptibles d'absorber la vitamine B12 ou cobalamine (trouvée essentiellement dans la viande, les œufs, les poissons et crustacés, ainsi que dans le lait) sous sa forme naturelle. 

Les apports nutritionnels journaliers sont de 2,4 microgrammes par jour mais des chercheurs danois ont récemment proposé que ces apports soient de 6 microgrammes par jour pour les femmes ménopausées.

"La vitamine C ou acide ascorbique est antioxydante donc indispensable avec l'âge. Immunostimulante, antifatigue, antitoxique (diminue les substances toxiques environnementales dont les métaux lourds), anxiolytique, antiallergique, cardioprotectrice. Les apports conseillés sont de 60 à 100 mg/j. Une alimentation riche en fruits et légumes (notamment choux rouges, verts, crus poivron rouge cru ou al dente, raifort, agrumes, mangue, kiwi, fraise, baies, papaye…) suffit normalement à assurer ces besoins.

La vitamine D3 n'est pas une vitamine mais une prohormone qui est liée à d'autres hormones stéroïdiennes comme le cortisol, la testostérone et le cholestérol. Elle est considérée comme une hormone car elle agit sur des récepteurs cellulaires. La vitamine D3 ou cholécalciférol a une meilleure biodisponibilité que la D2 (ergocalciférol). La carence en vitamine D est fréquente avec l'âge. Les personnes de 50 ans et plus doivent donc augmenter leur apport en vitamine D à 30 µg par jour soit 400 UI par jour, même en été.
Fatigue, crampes, vertiges... Une carence en vitamine D influe sur la capacité du système immunitaire à nous protéger des infections. 

La vitamine E regroupe huit composés, des tocophérols et des tocotriénols. Elle est présente dans les huiles végétales, comme celles de colza, de germe de blé, de tournesol, d'olive, d'argan, dans les légumes à feuilles vert foncé, comme les choux. La vitamine E est nécessaire à la santé de la peau et du système cardiovasculaire. Le tocophérol et les tocotriénols sont de puissants antioxydants.
Avec l'âge, le taux de vitamine E dans le sang baisse inéluctablement, comme les vitamines A et C, elle est très antioxydante et participe à la prévention du vieillissement général et plus particulièrement cutané. La vitamine E aide également à améliorer la restructuration des os en cas d'ostéoporose et elle permet de lutter contre les risques d'accidents cardiovasculaires.

Le statut vitaminique de chacune dépend de son mode de vie, de son activité, de la qualité et de la diversification de son alimentation, de l'état de santé de son tractus gastro-intestinal, ainsi que de la prise ou non de médicaments. S'y ajoutent des facteurs génétiques et environnementaux. 

En outre, un excès de vitamines peut avoir des effets néfastes. Par exemple, les vitamines B6 et B12 prises à doses beaucoup plus élevées que les apports quotidiens recommandés pourraient entraîner un risque de fractures.

Titre du paragraphe

Les compléments alimentaires sont principalement formulés à base de vitamines, de sels minéraux, d'antioxydants qui se présentent sous la forme de gélules, capsules, ampoules ou tisanes. Leur but est théoriquement de combler une carence induite par une alimentation déséquilibrée, mais ils sont souvent vendus pour leurs supposés effets minceur, anti-stress, revitalisants ou bonne-mine. Comme l'explique le site de l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation) "Le complément alimentaire n'est pas un médicament, il ne peut donc, par définition, revendiquer aucun effet thérapeutique. Par ailleurs, les allégations nutritionnelles et de santé, susceptibles d'être indiquées sur les produits, sont strictement encadrées par la réglementation européenne. A ce jour, un nombre limité d'allégations santé est autorisé." La liste des allégations autorisées est disponible sur le site de la commission européenne.

Indications : quand prendre un complément alimentaire ?
En l'absence de pathologie, une alimentation saine et diversifié doit fournir à l'organisme tous les nutriments nécessaires à son bon fonctionnement, ce qui ne rend pas nécessaire la prise de compléments alimentaire. Mais un régime alimentaire déséquilibré, trop restrictif ou qui exclue toute une catégorie d'aliments - tel que le régime végétalien – ou encore une alimentation trop riche en aliments transformés et trop pauvre en produit frais peuvent entraîner des carences en minéraux ou vitamines. Ces carences peuvent alors être à l'origine de certains symptômes : fatigue, peau grasse, chute de cheveux, nervosité … Les compléments alimentaires peuvent aussi être pris en cure, à certains moments de l'année, lorsque la susceptibilité aux virus est plus importante : au début de l'hiver par exemple. Ces compléments alimentaires sont vendus pour booster le système immunitaire et diminuer les risques d'infection. Il y a aussi les cas particulier des groupes de la population qui ont des besoins accrus : les femmes enceintes, les enfants, les personnes âges, les sportifs … qui peuvent ponctuellement être en déficit de certains nutriments ou vitamines. Dans ces cas précis, les compléments alimentaires peuvent s'avérer précieux, mais il est toujours recommandé de demander l'avis d'un professionnel de santé avant d'entamer une cure.

Compléments alimentaires pour les carences en vitamine
Les carences en vitamines sont assez rares et surviennent essentiellement dans les milieux sociaux défavorisés. Seule la carence en vitamine D est fréquente et bien réelle dans les pays industrialisés et à faible ensoleillement. Quoiqu'il arrive, une carence en vitamine doit idéalement avoir été diagnostiquée par un spécialiste de santé qui prescrira alors le complément alimentaire adéquat.


Carence en vitamine D : symptômes, remèdes quand on en manque
Fatigue, crampes, vertiges... Une carence en vitamine D influe sur la capacité du système immunitaire à nous protéger des infections. Conseils pour ne plus manquer de vitamine D avec le Dr Nina Cohen-Koubi, médecin nutritionniste et psychosomaticienne.

Compléments alimentaires pour l'immunité
Un système immunitaire en berne, c'est le risque d'être plus sensibles aux virus et aux bactéries ambiantes. Certaines vitamines, antioxydants et minéraux, sont connus pour contribuer au bon fonctionnement du système immunitaire. C'est notamment le cas des vitamines C et D, du Zinc, du sélénium et du Fer. Des compléments alimentaires alliant ces différents vitamines se vendent particulièrement bien en période pandémique. Alors est-il vraiment utile et efficace de faire de cures de vitamines et minéraux pour se protéger des virus ? Ici encore, à moins d'avoir une alimentation vraiment déséquilibrée et pauvre en produits frais, notre alimentation devrait couvrir nos besoins journaliers. Il est préférable de mettre au menu des aliments riches en vitamines et minéraux (agrumes, poissons gras, céréales complètes, fruits oléagineux …) que de manger mal et de prendre des compléments alimentaires. Cependant, ces compléments s'avèreront utiles pour certaines personnes qui, pour différentes raisons, ne peuvent consommer suffisamment de produits frais pour couvrir leurs besoins vitaminiques et minéraux.

Compléments alimentaires en hiver
Les compléments alimentaires recommandés pour la saison froide, ont généralement pour objectif de "passer l'hiver en forme" et de "résister aux virus saisonniers." Ils sont donc riches en vitamines antioxydantes, en probiotiques pour renforcer notre flore intestinale qui contribue à une bonne résistance immunitaire, et en ginseng ou guarana – plantes aux vertus tonifiantes.


Ginseng : comment l'utiliser, quels dangers ?
Le ginseng est l'une des plantes phares de la médecine traditionnelle chinoise. Et ce, grâce à ses vertus énergisantes et pour renforcer l'immunité, surtout en hiver. Comment le consommer ? Quels sont ses éventuels dangers et ses contre-indications ? Zoom sur ses nombreux bienfaits sur la santé.


Guarana : bienfaits, dangers, un aphrodisiaque ?
Le guarana est connu pour être un stimulant en cas de fatigue grâce à la guaranine (proche de la caféine) contenue dans ses graines. Il améliore les capacités d'attention, la mémoire, la concentration, aiderait à brûler davantage de calories et ainsi à maigrir. Mode d'emploi et précautions avec Amélie Mounier, naturopathe.

Compléments alimentaires en été
L'été en revanche, les compléments alimentaires qui trônent en tête de gondole promettent de "protéger la peau du soleil" ou "de donner bonne mine." A défaut de réellement protéger des UV, comme seules les crèmes solaires peuvent le faire, ces compléments alimentaires permettent de favoriser la régénération cellulaire, l'hydratation de la peau, et de protéger les cellules de la peau de l'oxydation par les radicaux libres. Ils permettent aussi d'activer la production de mélatonine – responsable de la pigmentation de la peau – pour un effet bonne mine naturel et durable.

Compléments alimentaires pour le stress
Les compléments alimentaires proposés contre le stress sont généralement à base de magnésium ou de décapeptide de caséine alpha 1 qui visent à favoriser la relaxation, souvent associés au vitamines du groupe B essentiel au fonctionnement du système nerveux. "En 2012, les autorités sanitaires européennes ont reconnu l'intérêt du magnésium pour le fonctionnement psychique normal et la réduction de la fatigue, mais elles ont interdit aux compléments alimentaires contenant du magnésium de prétendre améliorer la résistance au stress psychique ou réduire l'anxiété" indique le site Vidal. Le décapeptide de caséine alpha 1 quant à elle, a montré lors d'études scientifiques qu'elle possédait des effets anxiolytiques de courte durée (24 à 48 heures), mais l'ANSES a émis un avis précisant qu'"elle ne pouvait se prévaloir d'un effet visant à réduire les conséquences du stress du fait de sa courte durée d'action."


Manque de magnésium : symptômes, que manger ?
Une femme sur quatre manque de magnésium. Quels en sont les symptômes ? Quelles conséquences sur la santé ? Que manger au quotidien ? Réponses de Laurence Plumey, médecin nutritionniste.

Quelles précautions ?
Les compléments alimentaires sont souvent des "cocktails" de vitamines, minéraux, antioxydants, sous des dosages variés et pas toujours bien indiqués, qui peuvent se cumuler entre eux et provoquer des surdosages ou interagir avec un éventuel traitement médicamenteux.

Il est donc essentiel de demander l'avis de son médecin avant d'entamer une cure de compléments alimentaires, à plus forte raison pour :

Les personnes qui prennent un traitement médicamenteux au long cours,
Les femmes enceintes ou allaitantes,
Les jeunes enfants.
Quelles sont les contre-indications ?
Il y a autant de contre-indications que de compléments alimentaires différents. D'une manière générale, il faut systématiquement prendre l'avis de son médecin avant de débuter une cure de compléments alimentaires.


Compléments alimentaires et grossesse : recommandations, dans quels cas ?
Le recours aux compléments alimentaires pendant la grossesse n'est pas toujours justifié. Lesquels choisir et quelles précautions à prendre ? Que penser des cocktails vitaminiques "spécial grossesse" ? Le point avec le Dr Isabelle Héron, gynécologue médicale.

Quels sont les effets secondaires ?
Là encore, les effets secondaires sont aussi variés que la liste des compléments alimentaires sur le marché. Ces effets secondaires sont souvent détaillés sur la notice d'utilisation, mais ça n'est pas toujours le cas. L'Anses a pour cela mis en place en 2009 un dispositif de nutrivigilance qui vise à surveiller les effets indésirables liés à la consommation des compléments alimentaires. Comme l'explique le site ce sont "les professionnels de santé, tels que les médecins, pharmaciens, sages-femmes, masseurs-kinésithérapeutes mais aussi les diététiciens, les fabricants ou distributeurs qui sont témoins ou ont connaissance d'effets indésirables liés à la consommation de ces aliments. Les particuliers peuvent également déclarer en ligne les effets indésirables. Il est néanmoins recommandé de prendre contact avec un professionnel de santé afin que celui-ci effectue la déclaration."

Quels dangers en cas de surdosage ?
Il existe un vrai risque de surdosage pour les personnes qui ne respectent pas les posologies indiquées ou celles qui cumulent les différents cocktails de compléments alimentaires.


Surdosage en vitamine D : symptômes, bébé, que faire vite ?
La vitamine D peut booster la santé mais en excès, elle est dangereuse pour les reins et le cœur. Quels sont les risques en cas de surdosage chez le bébé ? Les symptômes d'alerte ? Que faire ? Réponses de Julien Tison, pharmacien.

Ainsi, un excès de vitamine C peut être néfaste pour les reins, l'excès de bêta-carotène peut favoriser les risques de cancer chez les fumeurs, les surdosages en vitamines B6 et B12 sont susceptibles de provoquer des neuropathies et de trop fortes doses de vitamine D peuvent provoquer une calcification des artères.

Titre du paragraphe

Fatigue, crampes, vertiges... Une carence en vitamine D influe sur la capacité du système immunitaire à nous protéger des infections. Conseils pour ne plus manquer de vitamine D avec le Dr Nina Cohen-Koubi, médecin nutritionniste et psychosomaticienne.

SOMMAIRE
Définition
Symptômes
Traitements (naturels)
Vitamine D et grossesse
Vitamine D et ménopause
Causes
Conséquences carence en vitamine D
La vitamine D joue un rôle important dans l'organisme. En manquer peut exposer l'organisme à davantage d'infections. Le risque de carence "est plus important en automne-hiver puisqu'il y a moins de soleil" rappelle le Dr Nina Cohen-Koubi, nutritionniste et psychosomaticienne. Quelles sont les causes d'une carence en vitamine D ? Les conséquences ? Symptômes ? Et les traitements pour la soigner ? Prendre des gélules est-il une bonne idée ? Réponses avec notre interlocutrice.

Qu'est-ce qu'une carence en vitamine D ?
Une insuffisance en vitamine D se traduit par "une concentration de vitamine D entre 16 et 30 nanogrammes par millilitre de sang" et une carence "par une concentration en-dessous de 16 nanogrammes par millilitre de sang" explique le Dr Cohen-Koubi. Selon elle, la carence doit être constatée par prise de sang "pour voir son étendue et si elle existe afin qu'un médecin propose une prescription en fonction des résultats. Si la personne est aux alentours de 28 ou 29 ng/ml, alors elle n'est pas carencée et n'a pas besoin d'être supplémentée en vitamine D". Pour obtenir son apport journalier en vitamine D, deux possibilités :

le soleil. La vitamine D est fabriquée sous l'effet des rayons UV au niveau de la peau. "Elle passe ensuite au niveau du foie et des reins où elle est activée" précise notre interlocutrice.
l'apport alimentaire à partir d'aliments comme les poissons gras (saumon, hareng, sardine…), les laitages et l'huile de foie de morue.
"Je déconseille l'automédication. Même les gélules."
Quels sont les symptômes d'une carence en vitamine D ?
Un manque de vitamine D peut se détecter via des symptômes et signes caractéristiques :

Une faiblesse musculaire.
"Le patient peut également ressentir des douleurs au niveau des muscles", explique le Dr Cohen-Koubi car l'organisme est privé d'une vitamine qui favorise le renouvellement des fibres musculaires.
Une fatigue inhabituelle.
Des crampes musculaires.
Des vertiges.
Des signes de sécheresse cutanée.
Des signes de déprime :"Une carence en vitamine D peut avoir un impact sur le moral car la sérotonine est moins bien régulée."
Une prise de poids. "S'il y a carence, l'organisme régule moins bien l'insuline et la personne a tendance à avoir envie de plus de sucre et à grossir."
Des fourmillements peuvent apparaître "certainement à cause du manque de vitamine D et de son action sur les muscles". Cependant, l'experte ajoute que ces fourmillements peuvent également être dus à un manque de potassium ou de magnésium.
Quels sont les traitements (naturels) quand on manque de vitamine D ?
Une carence en vitamine D peut être traitée grâce à des solutions naturelles :

→ La nutritionniste conseille de s'exposer 15-20 minutes au soleil chaque jour si possible et de consommer plus régulièrement des aliments riches en vitamine D.

→ Se tourner vers des compléments alimentaires sous différentes formes, notamment des ampoules prescrites sur ordonnance. "Ces dernières sont très utiles pour donner un coup de boost au patient", explique la nutritionniste. Cependant, il faut respecter la posologie car prendre une trop grande quantité de vitamine D peut causer un surdosage : "Je déconseille l'automédication. Même les gélules. Sans prise de sang et sans avis médical, le patient ne sait pas s'il a une carence et son étendue. Il risque donc de consommer plus de vitamine D que ce dont il a besoin" prévient le Dr Cohen-Koubi.

→ En cas de grossesse : "Je peux prescrire de la vitamine D à une femme enceinte qui fait du diabète gestationnel car cette vitamine permet de mieux réguler l'insuline."

→ A la ménopause : "En ce qui concerne les femmes ménopausées, les personnes âgées ou les personnes présentant de l'ostéoporose, la prise quotidienne de Zyma D3® en gouttes est fortement recommandée" pour préserver la solidification osseuse. La vitamine D3 est celle qui est la mieux assimilée par le corps humain.

→ Les enfants peuvent aussi prendre de la vitamine D sur ordonnance.

Quelles sont les causes d'une carence en vitamine D ?
Le corps humain ne produit pas de vitamine D tout seul. Son apport doit donc être extérieur. De fait, les causes d'une carence peuvent être multiples :

le manque de soleil. Le soleil est une des deux sources de vitamine D : "Si le patient ne s'expose pas entre 15 et 20 minutes par jour, visage découvert et bras découverts, le corps ne synthétise pas assez de vitamine D pour combler les besoins journaliers."
une alimentation pas assez équilibrée. "Les aliments riches en vitamine D sont essentiels pour éviter les carences" explique la nutritionniste. "Mais sans soleil, ces aliments peuvent ne pas suffire et une complémentation peut être nécessaire."

Aliments riches en vitamine D pour les vegan et végétariens
Où trouver de la vitamine D si on ne mange pas de viande, de poissons, d'oeufs ? Voici la liste des aliments riches en vitamine D dédiée aux personnes végétariennes ou vegan.

Rôle de la vitamine D
Au niveau osseux : "La vitamine D favorise l'absorption de calcium et sa fixation sur les os." Elle permet au squelette d'être correctement minéralisé et elle "renforce la solidité des os", précise la professionnelle de santé qui confirme que "la vitamine D est essentielle pour éviter les fractures osseuses qui ont tendance à arriver plus souvent avec l'âge".
Au niveau musculaire : "Elle favorise la contraction et le renouvellement des fibres."
Au niveau de la paroi vasculaire : "La vitamine D jouerait un rôle dans la prévention des pathologies cardiovasculaires."
Pour le moral : "Elle protège les neurones et agit sur l'humeur. La sérotonine, souvent appelée "hormone du bonheur", est synthétisée en partie au niveau du cerveau à partir d'un acide aminé qui est activé par la vitamine D."
Au niveau immunitaire : "Elle agit sur l'armée de défenses immunitaires contre les virus car elle renforce leur action."
Quelles sont les conséquences d'une carence en vitamine D ?
Un manque de vitamine D a plusieurs répercussions sur l'organisme :

→ Sur le système immunitaire : "La vitamine D est essentielle pour renforcer l'immunité" rappelle la nutritionniste. En cas de carence, il faiblit. Plus encore si la personne est stressée : "Le stress, le moral, l'alimentation, entrent en jeu pour avoir un système immunitaire efficace" poursuit notre interlocutrice. Une étude de mars 2020 publiée par l'Inserm a mis en lumière le rapport entre stress et baisse du fonctionnement du système immunitaire. Les hormones du stress stimulent les récepteurs appelés "β2-adrénergiques", et les chercheurs ont découvert "que les récepteurs β2-adrénergiques inhibent tout particulièrement la réponse de certaines cellules immunitaires, les cellules Natural Killer (NK). Stimulés par les hormones du stress, les récepteurs β2-adrénergiques empêchent ces Natural Killer de produire un type de cytokine particulier requis pour permettre l'élimination des virus."

→ Manque de vitamine D et Covid-19 : "On a observé qu'un grand nombre de personnes développant des formes graves de la Covid-19 étaient carencés en vitamine D. Si ce constat est intéressant, nous ne pouvons pas affirmer pour le moment que l'absence de carence en vitamine D permet d'éviter une contamination à la Covid-19. Des études sont en cours pour savoir si la vitamine D peut jouer un rôle dans la prévention ou le traitement de la Covid-19" expose le Dr Cohen-Koubi.


Vitamine D : soleil, aliments, bienfaits, à quoi ça sert ?
La vitamine D (vitamine du soleil) est essentielle pour fixer le calcium, le phosphore et contribuer à la croissance des os. La principale source est la lumière du soleil. Comment faire le plein de vitamine D ? Par l'alimentation ? En ampoule ?

→ Une carence en vitamine D peut aussi causer des douleurs musculaires, des vertiges, une prise de poids, des fourmillements, des signes de sècheresse cutanée ou encore provoquer une fatigue inhabituelle.


Titre du paragraphe

Des carences en vitamines B1, B2, B3, B5, B6, B8 seront caractérisées par des signes cutanés comme l'eczéma et des troubles neurologiques comment les fourmillements ou les crampes. Une carence en vitamine A sera caractérisée par une baisse de la vision, un dessèchement de la peau et une sensibilité aux infections. Les premiers symptômes d'une carence en vitamine C seront l'irritabilité et la fatigue. Après plusieurs mois, les symptômes du scorbut s'installent. Une carence en vitamine D est caractérisée par une déminéralisation progressive, grande sensibilité aux infections et entraîne une faiblesse musculaire. Une carence en vitamine K entraîne des troubles de la coagulation. Une carence en vitamine B9 peut être à l'origine d'une anémie et d'un mauvais développement du fœtus lors de la grossesse. Une carence en vitamine B12 peut être à l'origine d'une anémie et de troubles nerveux. "Pour avoir des signes spécifiques de carences pour chacune de ses vitamines, il faut vraiment souffrir de carences profondes, des situations qu'on ne rencontre presque plus en France – sauf dans des situations de grandes précarités. Avec une alimentation variée, équilibrée et suffisante, on se donne les moyens de ne pas avoir de carences", assure notre experte. Ainsi, dans les pays occidentaux, le signe le plus courant de carence modérée, sera surtout la fatigue. La carence en vitamine B9 ou folates est fréquente. Quels sont les signes d'une carence en vitamine B9 ? Comment détecte-t-on celle-ci ? Les réponses avec Valérie Duclos-Lelieur, naturopathe.

SOMMAIRE
Détecter
Symptômes
Symptômes neurologiques
Perte de cheveux
Anémie
Que faire
Comment détecter une carence en vitamine B9 ?
Le diagnostic d'une carence en vitamine B9 ou folates se fait avec un examen sanguin. Le dosage des folates peut se faire dans le sérum (dosage des folates sériques) ou dans les érythrocytes (dosage érythrocytaire). La carence d'apport est la cause principale de carence en vitamine B9 (pas de consommation de légumes crus, cuisson excessive des aliments détruisant les folates). La carence en folates peut également être due à une malabsorption digestive (gastrectomies, résections intestinales étendues, maladie cœliaque et maladie de Crohn), à la prise de certains médicaments ou une consommation excessive d'alcool. La carence est fréquente chez les personnes âgées. Près de la moitié des femmes françaises en âge d'avoir un enfant présentent un déficit en vitamine B9 (acide folique). Les causes de ce déficit peuvent être une alimentation pauvre en fruits et légumes frais, des apports énergétiques insuffisants, des régimes fréquents et non accompagnés par un professionnel de santé. La pilule contraceptive, le tabac, la consommation excessive d'alcool augmentent également le risque de déficit, de même que certains traitements médicamenteux (anticonvulsivants, Sulfamides, méthotrexate…). Une carence en acide folique est souvent associée à une carence en vitamine B12.


Vitamine B9 (folates) : carence, aliments, sans ordonnance ?
La vitamine B9 (folates ou acide folique) est une vitamine hydrosoluble participant à de nombreux mécanismes dans l'organisme. Chez la femme enceinte, la vitamine B9 joue un rôle primordial dans la croissance et le développement du fœtus. A quoi sert-elle ? Où la trouver ? Dans quels aliments ? Comment éviter les carences ?

Quels sont les symptômes d'une carence en vitamine B9 ?
"La carence en vitamine B9 peut se manifester par une fatigue, un système immunitaire un peu moins efficace, des troubles digestifs (diarrhée), une mauvaise cicatrisation de la peau, des troubles neurologiques, une sensibilité exacerbée des muqueuses des gencives" informe Valérie Duclos-Lelieur, naturopathe. "Pendant la grossesse, une carence en vitamine B9 peut avoir comme principal effet un spina bifida (1 grossesse sur 1000), mais elle peut aussi entraîner un défaut de croissance du fœtus, un accouchement prématuré " précise-t-elle.

Quels sont les symptômes neurologiques d'une carence en vitamine B9 ?
"La vitamine B9 ayant un rôle dans les connexions neuronales, une carence en folates peut se manifester par des troubles de la mémoire" indique la naturopathe. Une carence en folates peut également avoir un impact sur le moral. Un taux bas de vitamine B9 est associé à un risque augmenté de dépression. Chez le fœtus, des malformations neurologiques graves (notamment des anomalies de fermeture du tube neural) sont associées à un déficit en acide folique (vitamine B9).

Une carence en vitamine B9 fait-elle perdre les cheveux ?
"Une carence en vitamines du groupe B en général a un impact sur la peau et les cheveux" indique la naturopathe. "Une chute de cheveux va faire rechercher une carence en fer et/ou en vitamines du groupe B" explique-t-elle.

Une carence en vitamine B9 provoque-t-elle une anémie ?
"La vitamine B9 est une vitamine anti-anémie comme la vitamine B12. Une carence en vitamine B9 peut entraîner une anémie, la vitamine B9 participant à la fabrication des globules rouges" informe Valérie Duclos-Lelieur. Une carence grave en folates entraîne une anémie mégaloblastique tout comme une carence en vitamine B12.


Anémie : symptômes, taux d'hématies, que faire ?
Une anémie peut être ferriprive, macrocytaire ou microcytaire. Fatigue, pâleur... Présentez-vous les symptômes de ce trouble fréquent chez les femmes ? Manquez-vous de fer ? Devez-vous faire une prise de sang ? Le point sur les causes et solutions quand on est anémié.

Que faire en cas de carence en vitamine B9 ?
"Un déficit en vitamine B9 doit déjà donner lieu à un apport augmenté par les aliments. La vitamine B9 est mieux assimilée si elle est présente dans les aliments. Si les apports alimentaires ne suffisent pas, l'apport peut se faire par des "super-aliments" puis doit se faire par des compléments alimentaires" estime la naturopathe. Une carence sévère est d'emblée traitée avec une supplémentation en folate : 1 comprimé de 400 à 1000 mcg par voie orale, parfois par voie injectable. Enfin, la cause de la carence doit être traitée.