Sedum reprise ou orpin Le Sedum telephium

En cuisine

Le Sedum telephium, plante grassouillette qu'on appelle « sédum reprise », se trouve un peu partout en France, à l'état sauvage, aussi bien en montagne douce qu'à la campagne, sur les talus, le long des lisières, dans les fossés, entre des rochers, bien qu'elle soit plus rare dans le midi.

 Elle fut considérée comme un légume sauvage jusqu’au milieu du siècle dernier, surtout qu'elle pousse en colonie, et les récoltes sont donc abondantes. N'hésitez pas à inviter cette sauvageonne dans votre jardin. La touffe, adulte, mesure 30 à 60 cm. 

Les feuilles – et les jeunes pétioles – peuvent se manger d’avril à septembre, mais c’est vraiment en tout début de printemps qu’elles sont les meilleures, avec une consistance sans pareille. Épaisses, douces, tendres, goûteuses, juteuses, avec une saveur proche des pois gourmands, sans oublier une légère amertume, elles sont exquises crues : ajoutez une poignée à une salade de laitue ou à de mâche.

Vous pouvez aussi les servir chaudes : faites blondir 2 échalotes dans 1 cuillère à soupe d'huile d'olive, ajoutez quelques lardons fumés. Quand ils sont dorés, versez quelques poignées de feuilles de sedum, et laissez-les fondre 1 minute, pas plus. Salez à peine, poivrez, servez aussitôt.

Propriétés médicinales

Le sédum a des vertus purgatives et diurétiques. En externe, il soigne les aphtes, les petites brûlures, les petites plaies, et les cors. Il suffit d'ôter la cuticule qui recouvre les feuilles et de les appliquer régulièrement. Pour les cors, maintenez les feuilles à l'aide d'un sparadrap.