saule blanc Salix alba

Divers

C’est à la suite de travaux scientifiques sur les propriétés de l'écorce de cet arbre qu’a été découverte l’aspirine. Après avoir été abandonné au profit de ce célèbre médicament, le saule blanc a récemment connu un regain d’intérêt dans le traitement des douleurs articulaires dues à l’arthrose et des douleurs lombaires (mal de dos) Grâce à la saligénine (qui est modifiée en acide salicylique par le foie),

on utilise l’écorce de ses jeunes branches récoltée en mars, ou ses fleurs femelles (les chatons femelles) cueillies en mai. D’autres espèces de saule (S. purpurea, S. viminalis et S. vitellina) sont parfois employées. Traditionnellement, l’écorce de saule blanc est utilisée pour soulager les douleurs articulaires, faire tomber la fièvre et favoriser la cicatrisation des plaies.Traditionnellement, l’écorce de saule blanc est également préconisée pour soulager les tendinites et les maux de tête.

Arbre grandissant les pieds dans l'eau, le saule blanc soulage les maladies déclenchées par l'humidité.

Bien lire l'étiquette ! Sous la mention « saule blanc », la pharmacopée autorise de mélanger des écorces d'autres espèces de saule, celles du saule pourpre (Salix purpurea) et du saule à feuilles de laurier (Salix pentrandra). Soyez donc attentif aux proportions de chacun pour déterminer la teneur en saligénine de ces mélanges, qui est de fait très variable. Sachez que le saule pourpre en est plus concentré que celui à feuille de laurier, qui est lui-même plus concentré que le blanc.

Composition

Principes actifs
Dérivés salicylés entre 1 et 11% (glucoside de l'alcool salicilique, salicine/salicoside, salicortine), flavonoïdes (isoquercitroside, glycosyl naringétol, isosalipurposide), tanins catéchiques en proportion variable jusqu'à 20%, autres composés phénoliques en faible quantité (triandrine, vimaline, grandidentatine, syringoside, picéoside).
Principaux composants : salicine, tanin, prin­cipe œstrogène dans les fleurs femelles, hormone com­parable à Phormone mâle dans les fleurs mâles.

L’écorce de saule blanc contient des tanins, des flavonoïdes (qui pourraient avoir des propriétés anti-inflammatoires) et des composés salicylés (en particulier la salicine). Dans l’organisme, la salicine est transformée en acide salicylique, substance anti-inflammatoire et antalgique (contre la douleur). Isolé chimiquement au début du XIXe siècle, l’acide salicylique a commencé à être synthétisé en 1860. Un dérivé plus actif, l’acide acétylsalicylique, a ensuite été identifié à partir de la spirée (une plante également appelée « reine-des-prés ») et a, de ce fait, pris le nom d’aspirine. Une légende était née !
saule blanc peut soulager ce type de douleur et diminuer le recours aux médicaments anti-inflammatoires
Les chatons femelles du saule blanc contiendraient des phyto-estrogènes (aux effets similaires à ceux des hormones féminines).

Propriétés médicinales

Utilisation interne
Soulage la douleur : fièvre, maux de tête, cystite, règles douloureuses, bursite, tendinite.
Agit comme antirhumatismal : arthrite, rhumatismes dorsaux et articulaires (hanches et genoux).
Agit comme astringent : traitement des hémorragies internes.
Protège des troubles du sommeil : insomnie, bouffées de chaleur, sueurs nocturnes.
Utilisation externe
Soigne la peau : plaies, ulcères, cors, verrues.

Propriétés :
sédatif génital (Dioscoride, Daléchamp)
antinévralgique
antispasmodique
calmant nerveux
fébrifuge (peut remplacer le quinquina)
tonique digestif
Indications :
excitation génitale : nymphomanie, spermatorrhée, priapisme
névralgies rhumatismales
douleurs des règles
angoisse, anxiété, insomnies des neurasthéniques
lithiase biliaire
hyperacidité gastrique
arthritisme
états fébriles.

Antalgique
Antirhumatismal
Spasmolytique
Antiseptique dans la cystite et dans les affections gastro-intestinales
État grippal
Douleurs (notamment articulaires)
Névralgies
Spasmes utérins (de l'utérus)
Goutte
Ulcérations et blessures (usage externe : décoction d'écorce)

Indications thérapeutiques usuelles
Le saule blanc est considéré comme une aspirine végétale, grâce à son écorce riche en dérivés salicylés (salicoside), dont les propriétés sont identiques à celles de l'aspirine, les effets secondaires au niveau digestif en moins. Cette plante médicinale est recommandée pour soulager de nombreuses douleurs, notamment articulaires, issues de l'arthrose et des rhumatismes. Le saule blanc peut être également utilisé pour soulager des maux de tête, des règles douloureuses ou encore un état fébrile de type grippal.

L'utilisation du saule blanc permet de traiter les problèmes du sommeil, principalement les insomnies, les bouffées de chaleur et la transpiration nocturne. En usage externe, cette plante médicinale soigne les plaies et les ulcères via des lavages effectués après décoction. En application directe, le saule blanc permet de réduire les verrues et les cors.

En phytothérapie, l'écorce du saule blanc est la principale partie utilisée, notamment par prélèvement sur les jeunes rameaux âgés de 2 à 3 ans. On utilise aussi, en usage externe, les feuilles et les chatons (antispasmodique, sédatif nerveux).

Posologie

Parties utilisées : chatons (fleurs mâles), feuilles, écorce.

Dosage
L'écorce de saule blanc est utilisée sous forme de plante sèche, de gélules et d'extraits liquides ou secs. Les produits manufacturés assurent une teneur minimale en salicine, tandis que les chatons sont fournis tels quels.

- En infusion, il est recommandé de placer de 2 à 3 g d'écorce, ou 5 g de chatons, dans une tasse d'eau portée à ébullition. Le saule blanc doit être pris avant chaque repas de la journée, soit à quatre reprises.

- En teinture, prendre 2,5 ml de celle-ci en la mélangeant avec de l'eau, trois fois par jour, notamment pour lutter contre les rhumatismes.

- Sous la forme d'extrait fluide, prendre de 15 à 30 gouttes, trois fois par jour. Adaptez votre dosage en fonction du poids du malade et du niveau des douleurs.

- En se référant au dosage en salicine, un adulte peut prendre 60 mg de salicine, entre une et quatre fois par jour, moitié moins pour un enfant ayant de 4 à 10 ans.

Précautions d'emploi du saule blanc
Ne pas dépasser les limites du dosage, sous peine de favoriser, comme avec l'aspirine, des hémorragies. En cas de traitements médicamenteux, il est vivement recommandé de préciser votre prise de saule blanc à votre médecin ou à votre pharmacien.

Chatons

infusion : chatons (ou feuilles), 1 cuillerée à des­sert pour 1 tasse d’eau bouillante. Infuser 10 mi­nutes. 3 tasses par jour, avant ou entre les repas (antispasmodique, hypnotique)
extrait fluide de chatons : 1 cuillerée à café, dans une infusion, 1 à 3 fois par jour (antispasmodique, sédatif génital)
extrait fluide : 5 à 10 g par jour (antispasmo­dique)
extrait hydro-alcoolique : 2 à 3 g (tonique) — 4 à 8 g (fébrifuge)

Ecorce
décoction d’écorce : 20 à 35 g d’écorce sèche et concassée pour 1 litre d’eau. Bouillir 5 minutes, infuser 10 minutes. 2 ou 3 tasses par jour
poudre d’écorce : 5 à 10 g dans du miel ou du sirop (tonique, fébrifuge)
macération vineuse d’écorce de saule : 50 g de poudre d’écorce par litre de vin. 1 verre à bor­deaux avant les 2 grands repas (fébrifuge, peut remplacer le vin de quinquina).
N.B. : « Les feuilles pilées et prises en breuvage, disait Daléchamp, refroidissent ceux qui sont trop eschauffez en cas d’amour et mesme qui continuerait a’en prendre, elles rendraient la personne du tout inhabile à ce mes- tier. »

risques de troubles gastro-intestinaux dus aux tanins- déconseillé aux personnes qui prennent des anticoagulants, sous risque de double effet- déconseillé aussi aux personnes qui présentent un déficit en G6PD (enzyme)

Précautions

Contre-indications
Les contre-indications de la consommation de produits contenant de l'écorce de saule blanc sont identiques à celles de l'aspirine. Il faut éviter leur consommation par des personnes allergiques aux salicylates, aux anti-inflammatoires non stéroïdiens, par des personnes souffrant d'ulcères de l'estomac ou du duodénum ou encore par des personnes sujettes aux hémorragies. Cette plante médicinale est déconseillée également aux personnes asthmatiques, malades des reins ou souffrant de goutte et, enfin, chez les femmes enceintes ou durant l'allaitement.

Effets indésirables
Les effets indésirables sont rares, même si un surdosage peut causer des réactions allergiques (urticaire, crise d'asthme, démangeaisons) et des troubles digestifs (diarrhées, nausées). Le saule blanc est une plante anaphrodisiaque qui réduit la libido.

Interactions avec des plantes médicinales ou des compléments
On ne note aucune interaction avec des plantes médicinales ou des compléments. Cependant, un risque théorique existe en cas d'utilisation avec des plantes qui fluidifient le sang.

Interactions avec des médicaments
Si aucune interaction avec des médicaments n'est notable, un risque théorique existe avec des médicaments comme l'aspirine ou les anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Malgré le manque de preuves scientifiques, les femmes enceintes ou qui allaitent doivent s'abstenir de consommer cette plante. Il faut également être attentif aux médicaments nommés "feuille de saule" qui soignent les cors aux pieds. Ils ne contiennent pas de saule blanc. Il s'agit en réalité d'acide salicylique.