Pavot de californie Eschscholtzia

Précautions

Il est conseillé de prendre l'eschscholtzia le soir, avant le coucher et d'éviter la prise d'alcool et de médicaments tranquillisants, qui augmenteraient les effets sédatifs et anxiolytiques de la plante, en s'additionnant. Même si l'eschscholtzia n'est pas un narcotique, contrairement au pavot (Papaver somniferum), en raison de sa teneur concentrée en alcaloïdes, l'Eschscholtzia californica est contre-indiqué chez la femme enceinte ou allaitant et chez le jeune enfant. 

Il est possible de constater un état de torpeur dans de rares cas

Propriétés médicinales

Améliore et favorise le sommeil
Accélère l’endormissement
Possède des propriétés apaisantes
Augmente la durée du sommeil nocturne
Diminue le nombre de réveils nocturnes
Réduit l’anxiété
Possède une activité anxiolytique et antidépresseur
Agit sur le GABA (acide gamma-aminobutyrique, est un neurotransmetteur, messager chimique, très commun dans les neurones du cortex).
Améliore les troubles anxieux légers à modérés
Réduit la dépendance aux opioïdes
Réduit la dépendance à l’oxycodone et à la morphine
Possède une activité analgésique
Possède une activité antifongique
Possède une activité contre les champignons phytopathogènes

Cette plante est une alternative naturelle et douce aux somnifères. Grâce à son pouvoir hypnotique, elle permet d’éviter les médicaments chimiques pour soigner des troubles du sommeil ou anxieux. Elle s'avère utile en cas de surmenage nerveux, d'angoisse, d'anxiété.

Seule la partie aérienne (tige, fleur, graine) de la plante est utilisée en médecine.

L'eschscholtzia possède des propriétés calmantes, antispasmodiques, anxiolytiques et légèrement analgésiques. Les Amérindiens l'utilisaient traditionnellement pour les maux de tête, de dents, pour aider les enfants à s'endormir. 

Riche en alcaloïdes, la plante est particulièrement efficace sous forme d'EPS (extrait de plante standardisé) lorsque le sommeil n'est pas réparateur et que l'anxiété provoque des réveils nocturnes. Elle peut être utilisée chez les enfants excitables, mais avec précautions : En France, elle est déconseillée avant 12 ans. L'eschscholtzia est également reconnu pour ses effets antispasmodiques légers. 

L'eschscholtzia et le stress, l'insomnie
Dépourvue de toxicité, elle offre l'avantage de ne pas donner d'accoutumance. 

On peut l'associer averc d'autres plantes comme la verveine, le tilleul, la fleur d'oranger, la passiflore, l'aubépine, la mélisse, la camomille... pour favoriser une plus grande relaxation. A boire en tisane le soir par exemple ou en journée si on se sent envahi par une émotion trop vive.

Posologie

Posologie : tisane, gélule, teinture-mère
En tisane : 1 cuillerée à soupe de plante sèche pour ¼ d'eau bouillante. Infuser 10 minutes. Boire 1 tasse par jour, loin des repas, et au coucher en cas d'insomnies.
En décoction : 1 cuillère à soupe de partie aérienne ou feuille pour 1 tasse d'eau froide, faire bouillir 2-3 min, puis laisser infuser 10 min hors du feu à couvert. Boire 1 tasse 30 mn avant de se coucher.
En gélule : le dosage est selon le produit choisi. Il faut se référer aux indications sur la boite pour la posologie.
En extrait hydro-alcoolique (teinture mère) : 25-30 gouttes dans un peu d'eau, 3 fois/ jour hors repas et buvez-le trente minutes avant d’aller dormir. 

Composition

Comme les autres espèces de la famille des pavots, l'eschscholzia renferme des alcaloïdes, tant dans ses racines (à hauteur de 2 à 3 %) que dans ses parties aériennes (à hauteur de 0,5 %). Certains de ses alcaloïdes lui sont spécifiques : eschscholzine et californidine, tandis que d'autres sont communs à d'autres membres des papaveraceae : fumarine, sanguinarine, norargémonine, etc.

Elle contient également d'autres composés : caroténoïdes, flavonoïdes, phytostérols, linamarine, etc.


Les alcaloïdes isoquinoléiques : certains sont spécifiques au pavot de Californie alors que d’autres sont communs à différents pavots. Les principaux sont la californidine, la protopine, la sanguinarine, l’allocryptopine, la dihydrosanguinarine, la chélirubine et la macarpine. Ils sont principalement présents dans les racines et les feuilles ;
Les flavones glycosides ;
Les caroténoïdes à l’origine de la pigmentation de la plante ;
Les phytostérols.
En phytothérapie, ce sont les parties aériennes du pavot de Californie qui sont utilisées.