Mouron des oiseaux Stellaria media

Précautions

Confusions possibles
Mouron rouge (Anagallis arvensis)
Toxique. 

En cas de doute attendre la floraison, elle a des fleurs blanches.

Comme les pissenlits et d'autres composées, elle peut causer des irritations chez certains allergiques.

Cette plante ne doit pas être consommée si elle a poussé sur des sols pollués, car elle présente une certaine tolérance à certains métaux toxiques qu'elle peut alors bio-accumuler. Elle remplit par exemple presque les critères d'hyperaccumulateur de cadmium, qui est un contaminant de certains engrais et lisiers. 

Ce fait permettrait de l'utiliser en bioremédiation, même en hiver pour décontaminer certains sols. Sa taille, sa biomasse et sa croissance sont réduites quand la pollution augmente, mais sans autres marques visibles de stress. Des chercheurs ont réussi à extraire via les pousses de mouron blanc jusqu'à 87,42 μg (max) par plant pour un sol contenant 100 mg de cadmium par kg.

Mouron rouge DANGER

Fleurs rouges ou bleues. Feuilles avec des taches brunes sur la face inférieure. Tige carrée sans ligne de poils. TOXIQUE

En cuisine

Le mouron des oiseaux est une plante délicieuse au goût très doux. Sa saveur rappelle un peu celle des noisettes et du maïs cru.
Parties utilisées
Toute les parties aériennes
Les parties aériennes, fleuries ou non, sont consommées crues ou cuites. Elles forment une excellente base de salade.

 Cuites, elles sont délicieuses en velouté. Au Japon, c’est un légume qui accompagne traditionnellement le riz( le mouron des oiseaux est l’un des ingrédients de la salade aux sept herbes (Nanakusa-no-sekku) que l’on prépare traditionnellement le 7 janvier). . Pour éviter un aspect filandreux chez les plantes plus âgées devenues plus coriaces, enlever les tiges les plus rigides et cuisiner uniquement les feuilles.

Il pourra faire partie d’une salade d’herbes sauvages : premières pousses de pissenlit, mâche sauvage, cardamine…

On peut également en ajouter une poignée au dernier moment dans une soupe miso, ou dans un wok de légumes.
Une terrine végétale permettra de bien profiter de son petit goût de salade et de noisette. et bien sûr, on pourra en faire du pesto, tout comme avec l’ail des ours.

intégrée dans les pâtes à crêpe ou des smoothies et des farces de ravioli. Les tiges deviennent plus filandreuses avec l'âge.
On peut aussi consommer ses minuscules graines .

En période de disette ou de famine, elle constituait dans les campagnes un aliment de complément pour faire face aux difficultés et aux menaces de disette (c'est une des explications possible de l'expression « se faire du mouron »), mais consommée en trop grande quantité, elle provoquait des diarrhées.

Propriétés médicinales

Les pharmacopées traditionnelles, notamment asiatique et indo-européenne, lui ont attribué  de nombreuses propriétés :

toniques ;
diurétiques ;
expectorantes (en infusion), anxiolytiques et anti-asthmatiques ;
légèrement laxative ;
anti-inflammatoires utilisées sous forme de pâte de feuilles contre les inflammations des voies digestives, rénales, respiratoires et reproductives, contre les hémorroïdes, l'inflammation de l'œil et divers types de démangeaisons cutanées et contre l'eczéma ; contre les enflures, fractures en application externe (emplâtres, pâte de feuilles...), contre les brûlures, certaines blessures, piqûres d'insectes, certaines affections articulaires (et en décoction contre les douleurs articulaires) ;
contre certaines maladies nerveuses ;
contre certains maladies du sang.
Les graines réduites en poudre, mélangées à du lait, soignent les infections cutanées et les allergies.

Chez les Indiens d'Amérique du Nord, la pâte de feuilles apaisait la toux, le rhume et le mal de gorge , la plante améliore l'immunité contre certains pathogènes respiratoires (Mycobacterium tuberculosis).

Un extrait de cette plante contenant des flavones glycosylées a un effet hypolipémiant, d'où l'hypothèse que ces composés pourraient servir d'agent amaigrissant .
Ils ont également des propriétés antivirales et antitumorales .


Composition

 Renferme calcium, silice, magnésium, vitamine C.  des acides phénoliques et des flavonoïdes, des C-glycosyl flavones, des saponines triterpénoïdes, un pentasaccharide, des lipides et des constituants aqueux. Une grande partie de ces composés chimiques sont retrouvés dans d'autres plantes du même genre (120 espèces environ, dont plusieurs ont des usages phytopharmaceutiques reconnus).