Mélisse Melissa officinalis

Précautions

o A éviter si vous souffrez d'hypothyroïdie ;
o A éviter si vous souffrez de glaucome (spéculatif) ;
o Peut interagir avec les barbituriques.•  l'usage simultané d'autres plantes calmantes pourrait augmenter son effet sédatif. Au cours d'un essai sur des souris, la mélisse a augmenté l'effet du pentobarbital (un somnifère). Théoriquement, il pourrait en être de même pour d’autres sédatifs et calmants
• La mélisse peut amplifier les effets de l’alcool.

Posologie

Pour l'herpès labial ou le zona, la clé est d'agir dès les premiers symptômes de la crise :
o Prendre la mélisse en interne - une teinture de plante fraîche ou une infusion de feuilles fraîches ;
o Appliquer la mélisse en externe - le plus efficace (mais le plus coûteux aussi) étant d'utiliser une huile essentielle de mélisse diluée dans une huile végétale - 1 volume d'huile essentielle pour 5 volumes d'huile végétale. L'huile essentielle de mélisse est l'une des plus chères.
Prendre une tisane après un repas difficile, en préférant une petite tisane concentrée plutôt qu'une grande tasse afin de ne pas trop diluer les sucs gastriques. Une teinture mère de plante fraîche dans un peu d'eau fera aussi l'affaire.

Les meilleurs résultats sont obtenus en employant l'infusion de feuilles fraîches, ou la teinture mère de feuilles fraîches. Ceci est en particulier vrai pour les propriétés anxiolytiques de la plante.
Lorsque mes clients n'ont pas de mélisse au jardin, je leur conseille d'acheter un plant en jardinerie et de le garder en pot sur le balcon ou dans le jardin, afin de pouvoir le rentrer en hiver, le garder devant une fenêtre ensoleillée, et continuer d'en consommer s'ils en ont besoin.
o Teinture des feuilles ou sommités fleuries fraîches : au taux de 1:2 (100 g de plante pour 200 ml d’alcool) dans de l’alcool à 95°. Prendre 30 à 60 gouttes une à plusieurs fois par jour selon la personne et la condition ;
o Teinture des feuilles ou sommités fleuries récemment séchées : au taux de 1:5 (100 g de plante pour 500 ml d’alcool) dans de l’alcool à 40°. Prendre 30 à 60 gouttes une à plusieurs fois par jour selon la personne et la condition ;
o Infusion des feuilles ou sommités fleuries fraîches ou récemment séchées : infusion au besoin. Toujours bien couvrir le récipient pour ne pas perdre les huiles essentielles.

Sous forme d’huile et en massage, la mélisse citronnelle peut soulager les migraines et les rhumatismes.

Propriétés médicinales

La mélisse est indiquée :
o Pour les états d'anxiété ;
o Souvent accompagnés de peurs (d'origine connue ou inconnue) ;
o Parfois accompagnés de palpitations cardiaques ;
o Souvent accompagnés de sur-activation du système nerveux sympathique (sécrétions élevées d'adrénaline et de cortisol) :
o Avec mains moites, transpiration sous les aisselles ;
o Bouche sèche, digestion tournant au ralenti (boule dans l'estomac) ;
o Un pouls rapide et superficiel.
D'après Matthew Wood(3), la plante est particulièrement indiquée lorsque l'anxiété est accompagnée de symptômes cardiaques (palpitations, hypertension) et/ou digestifs. Ce qui est logique sachant qu'un taux élevé d'hormones de stress ralentit le système digestif et excite le système cardiovasculaire.
o la mélisse diminue le niveau de corticostérone sanguin (générée par les glandes surrénales pendant les périodes de stress) et augmente les niveaux de GABA dans le cerveau. ). Le GABA est le principal neurotransmetteur qui inhibe notre système nerveux.

Hyperthyroïdie
palpitations cardiaques, peurs, sueurs, hypertension (existent dans à peu près 1/3 des cas d'hyperthyroïdie), etc. La cause de l'anxiété chronique peut être en effet due à une hyperthyroïdie sous-jacente.
La mélisse pourrait donc baisser l'activité de la thyroïde de cette manière. Elle peut donc aussi, en théorie, perturber certaines thérapies de remplacement d'hormones thyroïdiennes.
La mélisse fait partie des plantes "refroidissantes" pour une thyroïde hyperactive. La mélisse peut être associée à d'autres lamiacées calmantes pour la thyroïde : lycope (Lycopus europaeus) ou agripaume (Leonurus cardiaca). La plus efficace des 3 étant le lycope.

Propriétés antivirales de la mélisse :
Une indication récente, validée par les études scientifiques, concerne les propriétés antivirales de la mélisse. La plante peut être utilisée pour soulager l'herpès labial(8)(9)(10)(11), aussi appelé bouton de fièvre, et inhiber l'activité du virus qui est la cause de ce problème, l'herpes simplex.
Un traitement efficace inclura aussi une prise de lysine, soit sous la forme de complément alimentaire, soit sous la forme de plantes médicinales (la guimauve est riche en lysine) ou de nutrition (en général sous la forme de protéines animales). Les aliments riches en arginine devront être évités (chocolat, cacahuètes, etc).
La mélisse est également efficace pour inhiber l'herpès zoster responsable du zona.

Elle pourrait en particulier remplacer le millepertuis (Hypericum perforatum) dans certains cas ou le millepertuis est contrindiqué. Le millepertuis est connu pour ses propriétés antivirales, mais la plante peut présenter des interactions médicamenteuses, d'où l'intérêt d'avoir la mélisse dans notre trousse à outils.
Propriétés digestives
Sa légère amertume tonifie la relâche des sucs gastriques. Ses huiles essentielles antibactériennes éliminent les bactéries qui sont la cause de la fermentation et de la création de gaz. Ses propriétés antispasmodiques la rendent calmante pour les crampes d'estomac en particulier lorsqu'elles sont accompagnées de flatulence. Bref, une bonne plante, simple et efficace, pour les problèmes intestinaux. 

un antioxydant puissant

La mélisse exerce un effet protecteur marqué contre le stress oxydatif. Elle protège nos cellules contre le vieillissement prématuré dû aux radicaux libres. Si vous traversez une période de votre vie où vous suspectez un stress oxydatif élevé (stress, alimentation glycémique, toxines et pollution, exposition aux métaux lourds, maladies dégénératives et autoimmunes), la mélisse, en simple infusion de feuilles fraîches, vous fournira une protection journalière.
Fièvres
Comme toutes les menthes, la mélisse est diaphorétique. Elle ouvre les pores de la peau pour favoriser l'échange de chaleur à la surface et donc contribuer à l'abaissement de la fièvre. Elle favorise la transpiration, un de nos mécanismes principaux pour réguler la chaleur interne.
Elle peut donc être utilisée avec succès dans les phases de fièvre descendante, lorsque la personne a atteint le pic de température et commence à avoir envie de se découvrir.
o Une étude démontre que la mélisse peut réduire la taille d'une tumeur cancéreuse du sein chez la souris (40% de réduction du volume de la tumeur in-vivo, cytotoxicité in-vitro contre les 3 souches de cellules cancéreuses testées) ;

o Hypertension provoquée par le stress chronique (en plus de ses propriétés calmantes, la plante crée une légère vasodilatation parfois suffisante pour faire baisser légèrement la tension) ;
o Fatigue, épuisement provoqué par le stress chronique ;
o Certains états dépressifs 
o Règles douloureuses accompagnées de crampes ;
o La douceur de la plante la rend très utile pour les petits problèmes de l'enfance : surexcitation, problèmes de sommeil, mal du transport, problèmes digestifs, etc.

Composition

o Des huiles volatiles (géranial, néral, citronellal, etc). La quantité et le type des huiles sont grandement dépendants du sol, du climat, de la saison et d'autres paramètres ;
o Des tannins (acide rosmarinique et autres dérivés d'acide caféique) ;
o Des composants amers (acide ursolique et oléanolique) ;
o Des flavonoïdes (lutéoline et autres).
Notez que pour une lamiacée, la mélisse contient une toute petite quantité d'huiles essentielles, environ 0,03% de sa masse totale sèche (à comparer avec environ 0,3% pour la menthe). C'est pour cela que la plante supportera très mal le séchage, qui fera évaporer ces huiles fragiles.