Chiendent (Elymus repens)

Précautions

La prudence est recommandée en cas :
• d’œdème lié à une insuffisance cardiaque ou rénale (toujours consulter l’avis d’un médecin) ;
• de traitement hypoglycémiant pour éviter l’action additive ;
• de traitement médicamenteux diurétique, pour éviter l’action additive.
Une surconsommation de chiendent peut provoquer :
• une perte de potassium (liée à l’effet diurétique) ;
• des maux d’estomac, crampes et diarrhées.

En cuisine

Le rhizome peut être séché et moulu puis utilisé en bouillie : ce légume-racine était ainsi utilisé en période de disette. Après broyage, il étaient mêlé au froment, pour la fabrication du pain. Hachées et grillées, les tiges souterraines peuvent aussi servir à fabriquer un ersatz de café.. Les jeunes pousses de rhizome peuvent être mangées crues. Il était parfois utilisé pour confectionner un alcool dont la recette s'est perdue, et de la bière de chiendent.

Propriétés

Le chiendent se consomme principalement en usage interne et possède de nombreuses propriétés pour l’organisme :
• diurétique et dépuratif : le chiendent aide à éliminer, drainer, libérer et détoxifier les voies urinaires et rénales, aide contre la rétention d’eau (œdème). La combinaison avec ses propriétés ;
• anti-inflammatoire, antiseptique et anti-lithiasique rend le chiendent efficace sur les infections et inflammations urinaires (urétrite, cystite), les calculs (lithiases rénales, urétérales, vésicales), les coliques néphrétiques, la prostatite, la goutte, les rhumatismes, l’oligurie, la rétention d’eau (œdème), la cellulite, etc. Il protège, calme les voies urinaires et prévient les récidives de coliques néphrétiques, et calculs. Mais il est tout autant efficace sur le système hépatique notamment sur les coliques hépatiques, les calculs biliaires, la jaunisse, la cirrhose ou les inflammations du système digestif (intestinales et gastriques) ;
• adoucissant, émollient : en complément du pouvoir anti-inflammatoire, le chiendent adoucit et détend les tissus enflammés. Il est également utile en cas de spasmes d’estomac, et peut être utilisé en cas de constipation passagère comme laxatif doux ;
• antitussif : le chiendent participe aussi à l’apaisement des maux de gorge et soulage les muqueuses enflammées, notamment consommé sous forme de tisane ;
• anti-rhumatismal : de par son pouvoir dépuratif et diurétique, le chiendent facilite l’élimination des déchets tels l’acide urique, responsable en excès de certaines inflammations articulaires. Cela lui confère donc une action sur les rhumatismes, les crises de goutte et les articulations douloureuses ;
hypoglycémiant et perte de poids : par son action observée sur le métabolisme des lipides (et notamment du cholestérol), la décoction de racine de chiendent a un pouvoir anti-diabétique et devient un allié pour la perte de poids.

Composition

Les principaux principes actifs du chiendent sont :
• sels de potassium ;
• mucilages ;
• saponines ;
• tanins ;
• polysaccharides (fructanes : fructose, inuline, triticine) ;
• polyols (mannitol, inositol) ;
• acide silicique, acide vanillique, acide malique ;
• traces d’huiles essentielles (agropyrène, thymol, carvacrol).