Boule de neige viorne obier (Viburnum opulus prunifolium )

Composition

Le Viorne obier contient 81% d’eau, 2 105 UI de provitamine A, 1,64 g de vitamine C/kg de fruit frais, 4,9 g de flavonoïdes/kg de fruit frais, 10,8 g de potassium/kg de fruit séché, 1,3 g de magnésium/kg de fruit séché, 1,3 g de phosphore/kg de fruit séché, 1,2 g de calcium/kg de fruit séché, 17 mg de fer/kg de fruit séché3,4,5. Les fruits séchés contiennent 4% de lipides et 1% de protéines. Les feuilles contiennent des saponines, des glycosides, des stéroïdes, des tanins, des quinones, des phénols, des alcaloïdes, des coumarines et des terpénoïdes. 

• Iridoïdes
• Composés phénoliques (acide chlorogénique majoritaire, (+)‐catéchine, (−)‐épicatéchine, cyanidine‐3‐glucoside, cyanidine‐3‐rutinoside, glucosides de quercétine) [2]
• Flavonoïdes
• Anthocyanosides [3]
• Proanthocyanidines (polymères de flavan-3-ols)
• Triterpènes, diterpènes, sesquiterpènes
• Acides organiques
• Principe amer : viburnine
• Coumarines : esculétol, scopolétol
• Alcaloïde : lycorine

Précautions

Cette plante contient un alcaloïde, la lycorine. Les fruits cuits seraient consommables, mais crus (et surtout verts), ils provoqueraient des troubles digestifs à faible dose et des troubles neurologiques et cardiaques à forte dose8. Chez la souris, la LD50 (dose létale pour 50% des individus) est de 5,4 g de feuilles sèches/kg9.
Il est conseillé de considérer cette plante comme faiblement toxique

Propriétés

La viorne est une plante qui convient particulièrement aux femmes. Elle les aide, en effet, en cas de troubles du cycle menstruel ou en cas de prolapsus utérin. Elle peut, également, être utilisée pendant et après la grossesse (pour apaiser les nausées et en prévention du risque de fausse couche), comme au moment de la ménopause. Cette plante antispasmodique et astringente diminue aussi le syndrome des jambes lourdes.

L'écorce de la tige ou de la racine et fleurs: antispasmodiques, astringentes, diurétiques, toniques du système nerveux, sédatifs utérin, anti dysménorrhéiques. Les feuilles et les baies crues sont purgatives et vomitives. Le fruit est antispasmodique, astringent et sédatif. L’ensemble de la plante est cardiotonique.

Aujourd'hui la plante est à la fois utilisée en médecine classique et en phytothérapie. L'écorce de tige est un antispasmodique, astringent, hémostatique, analgésique utérin, améliorant du tonus utérin, facilitant de l'accouchement. L'activité analgésique est de même intensité que celle de l'aspirine.
Le fruit est un antioxydant, antimicrobien, anticancéreux et est recommandé contre certains calculs rénaux et pour la prévention de certains cancers. Les feuilles sont antimicrobiennes.

est utilisée en phytothérapie pour ses vertus de relaxation neuro-musculaire. La viorne est donc prescrite contre les crampes, et également chez les femmes dans les cas de règles douloureuses.

• Dysménorrhées [15], [16], [17]
• Lithiases urinaires oxaliques (fruit) [18]
• Métrorragies
• Hémorroïdes
• Endométriose [19], sur modèle murin (acide chlorogénique) [20]
• Névralgies
• Indications homéopathiques : [21]
o douleurs utérines précédant l’arrivée des règles, dysménorrhée spasmodique, crampoïde irradiant aux cuisses

• Fruit :
o Antioxydant [4], [5], du fait de sa richesse en polyphénols [6]
o Antimicrobien [7]
o Protection gastrique et duodénale (proanthocyanidines) [8]
o Anti-inflammatoire [9]
o Améliore l'ostéogenèse (polyphénols) sur cellules d'ostéosarcome humain Saos-2 [10]
o Inhibe l'adipogenèse, la sécrétion de lipase pancréatique (acide chlorogénique, procyanidines, catéchines), intérêt dans le syndrome métabolique [11]
o Antilithiasique urinaire, augmente le volume urinaire et la citraturie, diminue la cystinurie et l'oxalurie d'urine, diminue le dépôts de cristaux dans le rein (comme la feuille d'avocatier) [12]
• Écorce :
o Antioxydante du fait d'une forte teneur en flavanols et proanthocyanidines [13]
• Antalgique et anti-inflammatoire [14]
• Astringent
• Diurétique
• Spasmolytique
• Sédatif
• Hémostatique en cas de métrorragies
• Tonicardiaque
Elle soigne aussi d'autres troubles gynécologiques comme les règles abondantes, le prolapsus utérin et les nausées matinales, lors d'une grossesse. La viorne s'utilise également contre les symptômes de la ménopause. Sédatif utérin : durant la grossesse, la viorne prévient les risques de fausses couches, mais aussi d'accidents nerveux. Après l'accouchement, elle apaise les douleurs post-partum. Veinotonique : la viorne compense les insuffisances veineuses se traduisant par des jambes lourdes et traite les hémorroïdes.

La viorne est efficace sur les tensions musculaires de tout ordre et aide à décontracter les muscles pendant ou après une activité physique fatigante.
On la prescrit également en cas de tension et de crampes digestives, et pour soulager les symptômes de l'indigestion et de la colique.
Ses propriétés décontractantes aident à calmer les spasmes et l'inconfort des douleurs menstruelles; en raison de ses vertus légèrement astringentes ou asséchantes, elle peut réduire les grosses pertes de sang ou les saignements irréguliers à la ménopause.
La viorne à feuilles de prunier a des propriétés similaires.
Cette plante est déconseillée aux femmes enceintes ou qui allaitent, sauf sur avis médical.

AUTRES INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES DÉMONTRÉES
Fièvre, scarlatine, irritation du côlon, constipation

Posologie

Parties utilisées
• Écorce des rameaux, feuilles, fleurs et fruits
Formes et préparations : décoctions, poudres, teinture mère, infusions

Astringente : utilisée en crème, la viorne soigne les crampes musculaires

Récolte et conservation
Prélevez l'écorce externe en bandes et faites sécher.